sexta-feira, 19 de setembro de 2008





Le point d'accomplissement du cinéma, atteint en de rares instants par les grands d'entre les grands, consiste à dépouiller le spectateur de toute distance consciente pour le précipiter dans un état d'hypnose soutenu par une incantation de gestes, de regards, d'infimes mouvements du visage et du corps, d'inflexions vocales, au sein d'un univers d'objets étincelants, blessants ou bénéfiques, où l'on se perd pour se retrouver élargi, lucide et apaisé. La passion exclut l'indulgence. L'accès à cette mise en scène de vertiges et de scintillements qui s'ouvre à une liturgie où la contemplation d'un ordre cosmique est retrouvée, peut expliquer pourquoi quatre-vingt-quinze pour cent de la production cinématographique nous apparaissent inexistants, misérables et sans rapport avec le cinéma.

9 comentários:

Fernandes R disse...

Esse segundo fui eu que coloquei no youtube.

bruno andrade disse...

Foda!

bruno andrade disse...

Portanto, colocou o terceiro também.

:)

Andy disse...

Nice pick, man.

Anônimo disse...

orange juice - falling and laughing

Anônimo disse...

orange juice - falling and laughing

Fernandes R disse...

Aqui não tava aparecendo o terceiro.

Anônimo disse...

Siempre está bien recordar qué gran película es "Heaven's Gate".
Miguel Marías

Vincent disse...

J'ai bien compris la remarque de Miguel et je la partage, on ne dira jamais assez combien ce film est une merveille. Très belle citation.

Arquivo do blog