quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Arte, 19 h. Hollywood 1950, épisodes inédits de la série «Four Star Playhouse». Stars d'Hollywood sur petit écran. Ces courts épisodes ont été tournés et diffusés dans les années 50.

Par Louis SKORECKI — 6 février 1996 à 01:41

Arte, 19 h.

Depuis le lundi 29 janvier, Arte propose, sous le titre Hollywood 1950, une sélection de 28 épisodes inédits de la série Four Star Playhouse. Chaque épisode dure un peu moins d'une demi-heure et met en scène, sous une forme de fiction tout ce qu'il y a de classique, les plus grands acteurs et actrices de notre temps. On y verra ainsi James Cagney, Bette Davis, Errol Flynn, Peter Lorre, Gloria Swanson, Vincent Price, Charles Boyer, Douglas Fairbanks, David Niven, Natalie Wood, Peter Lawford, etc.

Originellement, cette série produite par quatre comédiens réunis (Charles Boyer, Dick Powell, David Niven et Ida Lupino) fut diffusée sur NBC de 1952 à 1956. Il semble que les acteurs étaient difficiles à convaincre, car les grands studios de cinéma voyaient d'un mauvais oeil la concurrence du petit écran. Ils seraient même allés jusqu'à constituer des espèces de listes noires de ceux qui, mercenaires à leur goût, acceptaient les propositions de la télévision. Naturellement, cette mini-chasse aux sorcières ne dura pas.

Les épisodes de Four Star Playhouse étaient tournés dans les studios réservés aux films de série B. Bien qu'on y passe d'un genre à l'autre, du film policier au mélodrame, de la comédie au film fantastique, le style ne varie guère, privilégiant le huis clos et la mise en scène un peu théâtrale, les gros plans, le champ-contrechamp. La Dame aux orchidées de Roy Kellino se penche sur le destin d'une femme que son mari délaisse. Interprétée par Lilly Palmer, Stacey Lawrence ne comprend pas pourquoi son époux rentre de plus en plus tard. Architecte, il semble surchargé de travail. Stacey accepte donc de sortir avec le milliardaire Paul Campbell (Robert Paige) et ils ont un accident de voiture. Pour la protéger, Paul demande à Stacey de fuir. Elle sera obligée de dire la vérité à son mari et cet événement les rapprochera et les aidera à sortir de la crise. C'est un film psychologique filmé avec une belle sévérité.

Combat pour un titre d'Eric Kenton met en vedette un très jeune Michael Landon. En 1917, Benny Leonard (George Brenlin) devient champion du monde de boxe. Avant de rencontrer le jeune Kid Lombard (Michael Landon), Benny reçoit la soeur de ce dernier qui lui demande de l'épargner. Benny est obligé de le mettre K.O. car le Kid veut en découdre. Après la guerre, Benny retrouve le Kid devenu fou, et qui se rêve en champion du monde. Pour lui faire plaisir, Benny accepte de se laisser battre par lui dans un combat sans spectateurs. C'est un mélodrame sensible aux combats bien filmés.

Vengeance dans la jungle de Justus Addiss met en scène Ronald Reagan dans le rôle d'un responsable de safari en Afrique. Steve Davis doit conduire un juge et sa femme dans la jungle. Quand il se rend compte que c'est ce même juge qui avait condamné son jeune frère à la chaise électrique, il cherche à se venger. Mais il apprendra à pardonner.

Une seule issue de Roy Kellino est un suspense d'horreur mené avec brio. Il raconte comment Diana (Ida Lupino) se fait enfermer dans un appartement dont toutes les issues sont impossibles à atteindre. Elle devient folle de terreur, mais le dénouement inverse les rôles et ses bourreaux deviennent à leur tour prisonniers.

Ce soir, c'est David Niven qui mène le bal. Dans la Réponse, il joue un bien étrange diacre. Comme tous les autres épisodes, on n'attendra pas ici le génie, mais le simple savoir-faire des artisans hollywoodiens en train de se recycler avec armes et bagages à la télévision.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog