quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

ARTE, 20H40. «Je suis le seigneur du château». Haines d'enfants.

05/06/1995 à 05h40

SKORECKI Louis

En 1989, Régis Wargnier réalise son second long métrage, qui reste sans doute à ce jour son plus beau film, Je suis le seigneur du château. C'est l'histoire d'un affrontement entre deux gamins dans le cadre impressionnant d'un manoir breton et d'une forêt plus grande que nature.

L'histoire se passe, prévient un carton, quelque part en France, année 1954, pas loin de la mer. Les premières images montrent un gamin qui récite une tirade pour sa mère qui est en train de mourir. L'enfant (Thomas, auquel le jeune Régis Arpin donne son sérieux de petit homme dominateur) est le fils du propriétaire du château, Jean Bréaud (campé avec raideur par Jean Rochefort).

Jean Rochefort fait venir une gouvernante, madame Vernet, jouée de façon oblique et curieuse par Dominique Blanc. Son fils, Charles, a le même âge que Thomas et c'est David Behar qui l'interprète avec une belle ardeur juvénile. La première phrase que Thomas dit à Charles donne le ton du film: «Tu dois obéir. Tu es mon employé comme ta mère parce que vous êtes des pauvres.» Un terrible rapport de force s'établit entre l'hypocrite Thomas, habitué des faux évanouissements, et le hardi Charles qui semble au départ plus valeureux. Pendant qu'une drôle d'histoire d'amour naît entre le châtelain et sa gouvernante, les deux enfants n'arrêtent pas de se provoquer. Charles découvre un corbeau mort dans son lit et il s'enfuit dans la forêt, suivi par Thomas. L'aventure ne fait que commencer.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog