quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Arte. 22h20. «Le Sacrifice». Le dernier Tarkovski.

15/05/1995 à 05h00

SKORECKI Louis

Après s'être rendu célèbre par quelques films comme Stalker ou Nostalghia, Andréï Tarkovski tourne en 1986 son film testament, le Sacrifice, et meurt le 29 décembre de la même année à 54 ans. Pour ce dernier film, il fait appel à l'équipe technique d'Ingmar Bergman, avec Sven Nykvist à la photographie, lui emprunte quelques acteurs (comme Erland Josephson) et va jusqu'à tourner dans une île de la Baltique proche de l'île de Bergman, Färo.

La séquence d'ouverture donne le ton du film: cadrés de loin, un homme et son tout jeune fils plantent un arbre malingre dans un paysage désolé. L'homme raconte au fils qui reste muet l'histoire du moine Tanzé qui demande à son disciple d'arroser un arbre fluet tous les jours jusqu'à ce qu'il revive. Pendant trois années entière, le disciple fait tous les jours le chemin vers l'arbre et l'arrose. Au bout de ces trois années, il découvre son arbre couvert de fleurs.

Alors qu'Alexander (Erland Josephson) demande à son fils muet s'il ne faudrait pas faire tous les jours à la même heure, un même rituel pour changer le monde, Otto (Allan Edwall), un facteur philosophe rejoint le père et le fils pour lui donner du courrier et parler de Nietszche. Bientôt, tout le monde est réuni à la maison pour fêter l'anniversaire d'Alexandre. La télévision annonce soudain une catastrophe nucléaire et la nuit bleue s'abat sur la maison.

Julia (Valérie Mairesse) veille avec sérénité sur tout le monde et Maria (Gudrün S. Gisladottir), qui est peut-être une sorcière, est rentrée chez elle. Comment Alexandre se sacrifiera-t-il pour sauver le monde?

Nenhum comentário:

Arquivo do blog