segunda-feira, 31 de agosto de 2015

Belle de jour. Arte, 20h45.

30/03/1998 à 21h45

SKORECKI Louis

Le temps change, le printemps s'installe. Une raison comme une autre pour saluer ici, pendant une semaine, les ravages de l'amour fou au cinéma, et plus encore de l'amour fou du cinéma, de Buñuel à Grémillon en passant par Landis, Tourneur, Hitchcock. Cinq adeptes d'un surréalisme sauvage, primitif, baroque, essoufflé, prolétaire. Cinq cinéastes qui donnent envie d'en convoquer d'autres, dans une sorte d'écriture automatique cinéphile et rieuse. Revenir sur Buñuel, encore et toujours. Halluciner le corps de nuit de Belle de jour, princesse opaque, reine de l'indicible. Marier une dernière fois Luis Buñuel, prince du mutisme araignée, et sa trop belle princesse des derniers jours, Catherine Deneuve, arrachée in extremis à ce film d'Hitchcock qu'elle ne fera jamais et qui eût été son chef-d'oeuvre, suspense onirique fantôme dans lequel elle aurait pris la place de ces quelques blondes insensées et frigides qui l'ont précédée dans le coeur d'un homme trop gros, Kim Novak, Grace Kelly, Eva Marie Saint, Tippi Hedren" En deux films apaisés et somnambuliques, Belle de jour et Tristana, Buñuel ne boucle pas seulement son oeuvre (quelques autres grands écarts suivront, en forme de pieds de nez rageurs), il signe une sorte de post-scriptum à l'oeuvre de son jumeau onirique et amoureux, Alfred Hitchcock.

Belle de jour brûle d'un désir de cinéma aberrant, le désir qui couve sous la peau (Edgar G. Ulmer, Stuart Heisler, Edward Ludwig), le feu qui gagne le moindre geste (Leo McCarey, Nicholas Ray, Dreyer), la fureur maigre (Minnelli, Fuller, Preminger), la frontalité éteinte (Dwan, Griffith, Murnau), l'amour des hommes (Fassbinder, Anthony Mann, Satyajit Ray)" Mais le seul disciple contemporain du Buñuel lisse et transparent des derniers jours, de l'éternel ressasseur d'amour, c'est un cinéaste suisse allemand oublié dont le dernier film attend indéfiniment que Cannes l'appelle: Fredi Murer, dont l'Ame soeur hérétique enchanta quelques coeurs déviants, véritable homme d'Aran d'un cinéma vaudou, belle de jour d'un cinéma vaurien.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog