quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 18h20. Anna et le roi de Siam.

13/06/1996 à 06h59

SKORECKI Louis

A Broadway, John Cromwell, né en 1888, débute comme comédien en 1929 dans The Dummy et démarre la même année une carrière de cinéaste qui durera jusqu'en 1960. Spécialiste du mélodrame flamboyant (Of Human Bondage, In Name Only, Since You Went Away, The Enchanted Cottage), il tourne un film sentimental avec Bogart, Dead Reckoning. Son ton devient plus dur dans certains films comme The Rackett avec Robert Mitchum et Robert Ryan ou Caged, oeuvre sans concessions sur les prisons de femmes.

Anna et le roi de Siam est en 1946 la curieuse rencontre entre une institutrice anglaise et un roi asiatique tout-puissant dans l'ère victorienne. Dix ans plus tard, on en fera un remake célèbre, le Roi et moi, avec Yul Brynner et Deborah Kerr, qui donnera lui-même naissance à un feuilleton télé.

En 1860, madame Anna Owens (Irene Dunne) débarque à Bangkok avec son fils Louis pour apprendre l'anglais aux enfants du roi de Siam. E Elle devra attendre plusieurs semaines avant d'être reçue par le roi (Rex Harrison) qui gouverne des sujets obligés de se prosterner à ses pieds. Anna se rebelle comme cette autorité presque divine et le film sera la longue suite des disputes qui l'opposeront au souverain.

Logée au harem, elle enseigne l'anglais aux 67 enfants du monarque. Elle se lie d'amitié avec Thiang (Gale Sondergaard), la mère du prince héritier qui devient lui-même ami de Louis. Elle se battra pour la liberté de la favorite, Tuptim (Linda Darnell) qui finira sur le bûcher.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog