quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil, 18h20. Le lys de Brooklyn.

Par Louis SKORECKI — 9 janvier 1996 à 00:10

Ciné Cinéfil, 18h20. Le lys de Brooklyn.

Elia Kazan, qui est connu pour ses films dirigés selon les méthodes de l'Actor's Studio, est un débutant quand il réalise en 1945 son premier long métrage, le Lys de Brooklyn (A Tree Grows in Brooklyn). C'est un mélodrame très pudique qui décrit avec soin la vie d'une famille pauvre du début du siècle. Et même si on n'y trouve pas encore l'art et la manière modernes du futur auteur du Fleuve Sauvage, la qualité et l'émotion sont au rendez-vous.

Le personnage principal de notre histoire est Francie, une fillette d'une dizaine d'années. La petite Peggy Ann Garner interprète ce rôle avec une pudeur mêlée de hardiesse qui fait mouche. Quand elle n'est pas à l'école, elle essaye de gagner quelques cents avec son jeune frère Neely pour rapporter un peu d'argent à la maison. La mère, Katie Nolan (Dorothy McGuire), fait des ménages pour faire vivre sa famille car le père, Johnny Nolan (James Dunn), dépense le plus souvent l'argent qu'il gagne comme serveur chantant à boire.

Ce personnage du père n'est pas décrit comme un ivrogne ordinaire. C'est au contraire un être fragile, amoureux de sa femme et de sa petite fille. La tante Sissy (Joan Blondell) complète la famille. Elle vient de se trouver un nouveau mari qu'elle appelle Bill, comme tous ses maris précédents.

La petite Francie déborde d'amour pour son père qui est toujours optimiste et leur chante de belles chansons. Une nuit, il rentre d'un mariage avec un festin, caviar et camembert, pour sa petite famille. Katie explique à son mari qu'elle a peur de devenir trop «dure» mais Johnny la rassure. Pour faire plaisir à sa fille, il l'inscrit dans une belle école où la maîtresse la prend sous sa protection.

Au moment où Katie se rend compte qu'elle est enceinte, Johnny disparaît. C'est Noël, on le retrouve mort. Katie va se rendre compte, à l'enterrement et dans les jours qui suivent, que son mari était aimé de tous. Dans un premier temps, Francie se révolte contre sa mère mais elles apprendront à se connaître mieux au moment difficile de l'accouchement. La petite fille, qui a décidé de devenir écrivain, lit à sa mère une de ses rédactions tout entière consacrée à l'homme merveilleux qu'était son père.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog