quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 18h35. La Citadelle.

Par Louis SKORECKI — 1 mars 1996 à 03:20

Ciné Cinéfil. 18h35. La Citadelle.

King Vidor est plus apprécié aux Etats- Unis qu'en France. C'est pourtant une grande figure du cinéma qui a traversé le siècle avec panache. Né en 1894, il exerce le métier de projectionniste alors qu'il est encore un enfant. Puis il filme des actualités locales avant de partir en 1915 pour Hollywood. Sa femme, Florence Vidor, devient une actrice célèbre pendant que son mari est figurant, employé, puis réalisateur de court métrages de deux bobines.

A partir de 1919, il réalise une vingtaine de longs métrages muets remarquables, parmi lesquels on retiendra The Big Parade (1927) et The Crowd (1928). Duel au soleil (1947), le Rebelle (1949) et Ruby Gentry (1952) témoignent entre autres de son talent singulier d'architecte de l'image. La Citadelle est en 1938 l'adaptation fidèle d'un célèbre roman de A.J. Cronin qui décrit la vie mouvementée d'un médecin à la recherche de sa vraie personnalité.

Un train traverse les beaux paysages rugueux du Pays de Galles. Le docteur Andrew Manson (Robert Donat), le nouveau médecin adjoint, en descend. Il assiste le docteur Page qui est malade. Manson se lie d'amitié avec Denny, un chirurgien alcoolique qui lui offre un microscope et le prévient d'une épidémie de typhoïde. Le docteur Manson se fâche avec miss Barlow, l'institutrice, sans savoir qu'elle deviendra plus tard sa femme. Il sauve un enfant que tout le monde croyait mort né et devient vite populaire. Pour qu'il y ait de nouveaux égouts, Manson et Denny dynamitent de nuit les anciens conduits.

Manson devient ensuite le médecin des mineurs à Aberalaw. Comme il doit être marié pour avoir droit à une maison, il demande la main de Chris Barlow qui accepte. Il fera des expériences sur la cause de la tuberculose et obtiendra des résultats. Mais la méfiance des mineurs l'oblige à s'exiler à Londres. Là, il rencontre le docteur Lawford (Rex Harrison) qui fait vite de lui un médecin mondain. Manson ne se rend pas compte qu'il oublie peu à peu ses idéaux de jeune homme. La mort de Denny, mal opéré par un collègue, lui rappelle son devoir et il devient désormais un vrai médecin des pauvres et des humbles. Réconcilié avec son épouse, il affronte l'avenir avec un sourire aux lèvres.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog