quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 19 heures. Storm Warning.

Par Louis SKORECKI — 23 février 1996 à 00:53

Ciné Cinéfil. 19 heures. Storm Warning.

Parmi les artisans hollywoodiens qui ont largement participé à la création d'un âge d'or du cinéma, certains ont reçu une reconnaissance qui leur donne le label d'auteurs. Mais beaucoup sont encore inconnus ou méconnus. Jacques Tourneur est devenu célèbre parmi les cinéphiles après avoir été longtemps un obscur cinéaste de série B. Stuart Heisler, dont les films passent hélas! trop rarement à la télévision, est l'un de ces méconnus grandioses dont les séries B, entre autres, ont une allure tout à fait exceptionnelle.

Storm Warning, réalisé en 1951, est un magnifique mélodrame politique qui s'attaque aux méfaits du Ku Klux Klan dans le sud des Etats-Unis. Ecrit par Richard Brooks, le scénario est solide et bien construit. On suit une femme dans un autocar qui file dans la nuit. Elle s'appelle Marsha et c'est Ginger Rogers qui l'interprète. Le car continue vers Riverport, mais Marsha descend dans un petit patelin, Rockpoint. Elle explique à son voisin qu'elle vient visiter sa soeur qui est maintenant mariée.

Comme le téléphone ne répond pas, Marsha se doute que sa soeur travaille de nuit au bowling de la ville. Tous les commerçants ferment bizarrement boutique et un chauffeur de taxi refuse de la prendre. Elle se dirige à pied vers le bowling. C'est alors qu'elle voit une scène terrifiante: un groupe d'hommes vêtus de cagoules essayent de pendre un pauvre type. Celui-ci s'enfuit et ils l'achèvent à coup de revolver. Marsha a le temps d'apercevoir les visages de deux hommes qui ont ôté leur cagoule. Elle retrouve sa soeur Lucy (Doris Day) et elles sont bientôt rejointes par le mari, Hank (Steve Cochran). Marsha reconnaît instantanément en lui l'un des hommes du Ku Klux Klan qu'elle vient de voir. Elle avoue à sa soeur qui est son mari et il avoue en suppliant Marsha de ne rien dire. Elle accepte de se taire. Le district attorney Burt Rainey (Ronald Reagan) retrouve la trace de Marsha et essaye de la faire témoigner au procès qui aura lieu. Le mort est un journaliste qui faisait une enquête sur les méfaits du Klan. Dans un premier temps, Marsha se tait. Elle refuse même de dire que le meurtre est le fait du K.K.K. Mais les événements lui feront changer d'avis et le film finira dans un bain de sang rédempteur.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog