quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil, 19h. Adieu jeunesse.

Par Louis SKORECKI — 2 janvier 1996 à 00:24

Ciné Cinéfil, 19h. Adieu jeunesse.

Henry King a bien dû réaliser une centaine de films parmi lesquels on retiendra particulièrement un cycle éblouissant avec Tyrone Power. C'est l'un de ces hollywoodiens légendaires capables de s'illustrer dans tous les genres, de la reconstitution historique au western, du mélodrame au film social, sans qu'on sache exactement s'il mérite ou non le titre d'auteur. Adieu jeunesse, connu également sous le titre de Souvenirs (et en anglais Remember The Day), est en 1941 un film mélancolique qu'on regarde avec tendresse.

Dewey Roberts, un candidat bien placé dans la course à la présidence de la République, s'apprête à faire un discours à Washington. Au milieu des gens élégants qui se pressent au banquet donné en son honneur, une vieille fille un peu timide avec de grosses lunettes essaye de se faire entendre. Elle veut faire passer un mot au candidat. Cette dame fragile est jouée avec une douce persuasion par Claudette Colbert, actrice méconnue s'il en est. Elle s'appelle Nora Trinell mais tout le monde, au pays, l'appelle Miss Trinell. Elle est institutrice. En attendant devant l'ascenceur, ses souvenirs lui reviennent.

Dewey Roberts est l'un de ses petits élèves. Fou de base ball, il ne supporte pas que la jolie Miss Trinell l'emmène au théâtre le jour du match. C'est l'occasion d'une rencontre entre l'institutrice et le prof de gym, Dan Hopkins, joué virilement par le beau John Payne. Pendant qu'une liaison entre ces deux là s'échafaude petit à petit, Miss Trinell devient l'amie du petit Dewey car elle s'y connaît en bateaux et qu'il construit des maquettes.

Au cours de l'été, Miss Trinell et Dan Hopkins connaissent enfin l'amour. Mais Dan doit démissionner par peur du scandale. Il s'engage dans l'armée canadienne et part à la guerre (nous sommes en 1917). Miss Trinell décide de ne pas l'accompagner au train car elle craint d'être trop émue. Dewey, qui s'était fachée avec son institutrice en la surprenant en train d'embrasser Dan Hopkins, se réconcilie avec elle.

La fin de l'histoire est tendrement mélodramatique: le candidat Dewey Roberts, se rappelle de son institutrice et la fait venir près de lui.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog