quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 20h30. Justin de Marseille.

Par Louis SKORECKI — 16 février 1996 à 01:12

Ciné Cinéfil. 20h30. Justin de Marseille.

Maurice Tourneur fut de son vivant beaucoup plus connu que son fils Jacques. Il tourna entre 1914 et 1926 à Hollywood des films ambitieux et modernistes, dirigeant même au passage la divine Greta Garbo. Mais c'est en France qu'il réalise en 1934 Justin de Marseille, un film de gangsters très réaliste qui apporte un ton nouveau au genre.

Un groupe d'enfants chante dans les rues, suivi par une caméra fluide et légère. Cette manière de se mouvoir parmi les gens dans des décors naturels est comme une manière de néo-réalisme avant la lettre. Avant même de le voir, on parle beaucoup de Justin (Berval), un jeune homme qui appartient à la pègre de Marseille tout en étant très proche du petit peuple. C'est un peu comme Gabin/Pépé le Moko dans la casbah d'Alger.

Un bateau, le Mauritanie, mouille dans le port de Marseille. Le truand italien Esposito (Alexandre Rignault) et quatre de ses hommes interceptent une livraison de drogue sous les yeux de la police. Elle était cachée dans des miches de pain creuses. Le Chinois qui attendait cette livraison tue l'un des hommes d'Esposito pour se venger. Un journaliste téléphone son article sur la bande qui s'est emparée de la drogue.

La bande d'Esposito cherche à tuer Justin qui travaille avec le chinois. Dans la rue, Justin est le roi de Marseille. Quand il voit un truand qui vole son portefeuille à un marin, il lui ordonne de le rendre. Autour d'eux, la foule rit et chante. Une nouvelle livraison de drogue est attendue. Justin devine qu'Esposito a caché la marchandise dans un cercueil. Il envoie son ami le bègue (Fernand Larquey) faire une enquête. Dans un ton très documentaire, on assiste à la ballade de Justin à travers le marché de Marseille, avec des instantanés très crus sur les vendeuses de poissons et d'oursins, les cris, les harangues.

Les deux bandes, celle de Justin et celle d'Esposito, suivent le cercueil bourré d'opium. Plus malin, Justin récupère la marchandise et la charge dans un camion de biscottes. Pendant que Tino Rossi chante, off, une rengaine de Vincent Scotto, Justin sauve une jeune fille, Totone (Ghislaine Bru), de la noyade. Un nouveau couple se forme, qui rêve devant les étoiles dans le ciel de la ville.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog