quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil, 20h30. Les Deux Orphelines.

Par Louis SKORECKI — 28 mai 1996 à 05:03

Ciné Cinéfil, 20h30. Les Deux Orphelines.

De son vivant, Jacques Tourneur fut un cinéaste maudit et méconnu. Mais son père, Maurice, pour lequel il avait une grande admiration, connut la gloire et la richesse. Né en 1876, Maurice Tourneur débute, en 1912, dans les studios de l'Eclair. Il adapte d'abord des oeuvres du maître du grand-guignol, André de Lorde, comme Figures de cire, puis se tourne vers Dumas, Gaboriau (Monsieur Lecoq) et Gaston Leroux. En 1914, il part aux USA diriger la production américaine d'Eclair. Il y signe des chefs-d'oeuvre qui auront une grande influence sur le cinéma hollywoodien, The Blue Bird, Woman, Treasure Island, The Last of the Mohicans. Il se brouille, en 1926, avec Irving Thalberg et rentre en France, où il tourne des films solides et bien faits. Parmi ses réussites, Justin de Marseille, la Main du diable et Volpone.

Il y avait déjà eu plusieurs adaptations des Deux Orphelines avant celle de Maurice Tourneur, la plus célèbre étant celle de D.W. Griffith en 1921. C'est en 1932 que Tourneur signe sa version de ce mélodrame absolu qui se passe à Paris quelques années avant la Révolution. Les Deux Orphelines sont Henriette et Louise, deux jeunes filles abandonnées qui arrivent dans la capitale, où elles connaîtront les pires horreurs. La brune Henriette est jouée par Renée Saint-Cyr et la blonde aveugle par Rosine Deréan. Le père d'Henriette, qui avait recueilli Louise, vient de mourir. Abandonnée à sa naissance, Louise ignore qui est sa mère. Un marquis libidineux kidnappe Henriette, tandis que Louise est recueillie par une matrone, la Frochard, qui l'oblige à chanter dans les rues et mendier.

L'un des fils de la Frochard, Pierre (Jean Martinelli), un bossu malingre et boiteux, protège Louise des violences de sa mère. Un jeune chevalier, Roger, se bat en duel avec le marquis kidnappeur et libère Henriette. Mais le père de Roger, lieutenant de police, fait enfermer Henriette en prison.

Les deux «soeurs» connaîtront tous les tourments avant qu'une comtesse (Emmy Lynn) ne reconnaisse en Louise la fille qu'elle avait abandonnée...

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog