quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 21h40. The Man I married.

09/02/1996 à 01h32

SKORECKI Louis

Irving Pichel est un vétéran hollywoodien dont l'oeuvre est fort mal connue. Né en 1891, il fait ses études à Harvard avant de se lancer dans divers petits boulots. Il commence à Hollywood comme acteur, et son premier film de metteur en scène, en 1932, est un coup de maître, puisque c'est comme coréalisateur des Chasses du comte Zaroff qu'il débute. Dans les années 30, il travaille pour la Republic sur des films à petits budgets et se spécialise un temps dans le mélodrame: on se souvient de Tomorrow is forever, avec Orson Welles et Claudette Colbert. Il s'illustrera ensuite dans tous les genres, western, science-fiction, films historiques, terminant sa carrière en 1953.

The Man I Married est un passionnant petit film qui montre que dès 1940, date de sa sortie, les Américains avaient intégré la réalité des camps de concentration nazis dans leurs films de fiction. L'histoire commence à New York en juillet 1938. Eric Hoffman (Francis Lederer) est un Allemand qui vit avec sa femme, Carol (Joan Bennett), en Amérique, sans avoir jugé bon de demander la nationalité américaine. Ils ont un gamin de 7 ans, Ricky. C'est un couple uni qui rêve de passer un second voyage de noces dans les Alpes de Bavière. De plus, Eric doit régler des problèmes concernant une usine que possède son père. Un ami de la famille, le docteur Hugo Gerhardt, vient leur rendre visite: il leur donne 500 dollars pour qu'ils essayent de faire sortir son frère Ernest, un philosophe, du camp de Dachau.

Dès que le couple Hoffman arrive en Allemagne, la réalité du pouvoir nazi apparaît évidente. Alors que Carol est choquée par les discours de Goebbels à la radio, Eric agit en patriote exalté par les idéaux aryens. Il se lie d'amitié avec une militante nazie, Frida Heinkel, avec laquelle il finira par avoir une liaison.

Eric veut rester en Allemagne, Carol veut rentrer chez elle. On apprend la mort à Dachau d'Ernest Gerhardt dans des conditions suspectes. Aidée par Kenneth Delane (Llyod Nolan), un journaliste américain, Carol essaie de soustraire son fils à Eric, qui veut le garder avec lui. Le père d'Eric permettra à Carol de fuir avec Ricky en avouant à son fils, dans une fin formidable, que sa mère était juive.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog