quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 21h45. La flamme du passé.

Par Louis SKORECKI — 6 mars 1996 à 03:06

Ciné Cinéfil. 21h45. La flamme du passé.

Vincent Sherman est l'auteur d'une oeuvre abondante qui ne brille pas par son originalité. Mais comme tous les vétérans hollywoodiens, il possède une solide technique et sait de temps en temps nous émouvoir. C'est ainsi qu'en 1951, Sherman signe un joli mélodrame, la Flamme du passé (Goodbye my Fancy), qui raconte une histoire d'amour curieusement décalée dans le temps et qui possède le charme désuet des choses qui s'envolent.

Agatha Reed (Joan Crawford) est un député membre du Congrès à Washington. Après une séance de son comité dans lequel elle défend les ménagères américaines, les journalistes qui l'attendent apprennent qu'elle est invitée d'honneur de son ancien collège, Goodhope, où elle doit recevoir un diplôme honoris causa. Elle raconte à sa secrétaire, Woody (Eve Arden), qu'elle n'a jamais terminé ses études car elle s'est sauvée avant. Une histoire d'amour semble en être la cause.

De son côté, le directeur du collège, le docteur James Merrill (Robert Young), reçoit un mot de celle qu'il appelle encore Aggie dans lequel elle lui annonce qu'elle accepte son invitation. C'est le moment où Matt Cole (Frank Lovejoy), un photographe spécialisé dans les images de guerre et qui est l'ancien fiancé d'Agatha/Aggie, surgit de nouveau dans sa vie. Ils ne se sont pas vus depuis cinq ans et elle le reçoit plutôt froidement. Quand elle apprend qu'il va faire un reportage sur son retour dans son ancien collège, elle prend même l'avion pour l'éviter.

Après avoir dédicacé son livre à des étudiantes, Aggie retrouve James Merrill et on comprend qu'une histoire d'amour fou les a réunis il y a vingt ans. En fait, Aggie a fui pour que la carrière universitaire de son amant ne soit pas compromise. Elle retrouve cet homme comme si elle l'avait quitté hier.

Le film raconte la rivalité entre le directeur de l'école et le photographe pour reconquérir le coeur d'Aggie. Au début, James Merrill part favori («C'est mon premier amour. Peut-être le seul. Je l'épouserai s'il me le demande») mais Aggie va progressivement se rendre compte que l'homme qu'elle a connu il y a vingt ans a changé. Il est devenu faible et conservateur. Le coeur brisé, Aggie se console avec Matt et se rend compte qu'elle l'aime.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog