quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 21h50. Fury.

Par Louis SKORECKI — 29 janvier 1996 à 23:21

Ciné Cinéfil. 21h50. Fury.

Après une formidable carrière allemande, Fritz Lang s'exile à Hollywood où il va réussir dans des genres divers à imposer sa marque. Dès son premier film américain, Fury (le titre français, Fureur, est rarement employé), il témoigne d'une maîtrise admirable des moyens mis à sa disposition. Ce film de 1936 restitue la fascination de Lang pour le combat de l'homme seul contre la foule. Il en a coécrit le scénario et c'est Joseph L. Mankiewicz, pas encore cinéaste, qui l'a produit.

Dans les rues de Chicago, un homme et une femme se promènent. C'est Joe Wilson et sa fiancée Katherine, et ils rêvent devant une boutique de meubles: la chambre à coucher illuminée attire leurs regards. Ce couple attendrissant, c'est Spencer Tracy et Sylvia Sidney qui l'interprètent avec une jolie émotion juvénile. Elle est sur le point de partir pour gagner plus d'argent dans une petite ville. Il mange des cacahuètes et elle le taquine. Il lui offre du parfum avant de la conduire au train. Ils s'aiment mais doivent attendre d'avoir de l'argent pour se marier. Elle lui offre une bague qu'elle a fait graver à son nom et il dit que c'est un mementum au lieu de memento (souvenir). Le train part. Il pleut.

Un an après, Joe a gagné de l'argent avec ses deux frères, il rejoint Katherine en voiture. Arrêté par le shérif adjoint (Walter Brennan), il est soupçonné de faire partie d'un gang de kidnappeurs. Des morceaux de cacahuètes et un billet volé font de lui le suspect idéal. La rumeur se répand dans la petite ville et des hommes de plus en plus furieux et surexcités veulent le lyncher. Ils mettent le feu à la prison et Joe est considéré comme mort.

C'est un homme hagard et haineux qui rejoint ses deux frères. Il veut faire payer les hommes qui ont tenté de le tuer et il se cache même de sa fiancée. Le procès commence et Joe envoie une lettre anonyme avec sa bague pour faire croire qu'il est mort dans l'incendie. Katherine comprend que c'est lui car il a écrit mementum dans la lettre. Elle doit le convaincre de renoncer à son désir fou de vengeance, au moment même où une dizaine de suspects sont sur le point d'être condamnés à mort. Joe se livre à la justice et accepte d'être jugé pour ses actes.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog