quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 21h55. Gaslight.

Par Louis SKORECKI — 12 février 1996 à 01:26

Ciné Cinéfil. 21h55. Gaslight.

Il ne faut pas confondre ce Gaslight anglais de 1940 signé Thorold Dickinson avec le remake qu'en fit George Cukor sous le titre français de Hantise. C'est un film sombre, qui fonctionne à l'angoisse et au suspense, sans laisser au spectateur le moindre répit. Tourné exclusivement en intérieurs, il dégage une lourde athmosphère de menace, tant du point de vue du scénario que de celui de la photographie, lugubre à souhait.

La caméra glisse la nuit sur un square londonien et vient se fixer sur une imposante maison située au numéro 12. Puis on s'élève et on cadre une broderie signée Alice Barlow, 1865. La vieille femme qui brode est filmée de haut, en plongée, et un homme dont le visage nous est dissimulé prend un cordon et l'étrangle. Le criminel cherche parmi les bijoux quelque chose qu'il ne trouve pas. Vingt ans plus tard, un couple anglais, les Mallen, emménage dans cette même maison. La suspicion naît immédiatement lorsque Rough (Frank Pettingel), un ancien flic, reconnaît en Paul Mullen le neveu de la vieille Alice Barlow, Louis Bauer.

Paul Mullen (Anton Walbrook) traite rudement sa femme Bella (Dana Wynyard). Il lui reproche de voler des objets et de les dissimuler. Il l'accuse d'être folle. Comme nous le suspectons d'être Louis Bauer, nous nous doutons qu'il est l'assassin de la vieille dame, d'autant que nous le voyons voler lui-même les choses qu'il accuse sa femme de dissimuler. La pauvre est terrorisée par son mari et remarque chaque soir la lampe à gaz qui diminue de puissance, comme si une autre s'allumait au même moment dans la maison. De plus, elle entend du bruit au grenier et pense que quelqu'un rôde en haut.

C'est Rough qui viendra au secours de la malheureuse Bella en lui racontant que des rubis sont cachés depuis vingt ans dans la maison et que c'est son mari qui se lève la nuit pour les chercher. Il intervient à temps car Bella, harcelée par son mari, était sur le point de tomber dans la dépression nerveuse. Pendant que Paul, alias Louis Bauer, sort avec la servante Nancy (Cathleen Cordell), Rough met au point un piège pour prouver sa culpabilité. Le meurtrier tombe dans le panneau, la police l'arrête, Bella ouvre la fenêtre et respire enfin.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog