quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 22h. Au revoir Mr Chips. Sam Wood.

Par Louis SKORECKI — 19 juin 1996 à 06:42

Ciné Cinéfil. 22h. Au revoir Mr Chips. Sam Wood.

Bien qu'il soit surtout connu pour les deux films des Marx Brothers qu'il a mis en scène (Une Nuit à l'opéra, Un Jour aux courses), Sam Wood, né en 1883, vaut bien mieux que ça. Son oeuvre muette commence en 1920. Jusqu'en 1949, il tourne une centaine de films dont beaucoup sont à réévaluer. Il a été l'assistant de Cecil B. de Mille, ce qui est l'une des meilleures leçons de mise en scène possibles, et qu'il a dirigé Wallace Reid et Gloria Swanson.

Devil and miss Jones (le Diable s'en mêle) en 1941 est son film le plus étrange, le plus génial et le méconnu. Kings Row (1942) se laisse voir et Saratoga Trunk (1946) montre un excellent Gary Cooper. Sam Wood a aussi réussi un bon thriller, Ivy, en 1947 avec Joan Fontaine, et un western musclé, Ambush, qui termine en beauté sa filmographie en 1949.

Au revoir Mr Chips est en 1939 la classique histoire de la vie d'un professeur britannique. La caméra panoramique sur le clocher d'une église et les toits d'une petite ville avant de découvrir une grande école, Brookfield, dans laquelle s'agitent des dizaines d'élèves. C'est la réunion qui ouvre l'année scolaire et le directeur annonce que monsieur Chipping sera absent pour la première fois depuis 58 ans car il a un rhume et qu'à 83 ans, il doit faire attention. Mais voici le vieux professeur (Robert Donat) qui trottine jusqu'à la salle de réunion. Il doit attendre dehors la fin du speech et explique à un jeune écolier qu'il a eu des milliers d'élèves depuis 1870.

En retraite depuis 15 ans, le vieux prof que tout le monde appelle Mr Chips, rentre chez lui et s'endort. Il se rappelle sa vie qu'un flashback vient illustrer. Tout jeune, il doit apprendre à ne pas se laisser chahuter par les élèves. Le temps passe vite et Mr Chips a quarante ans sans qu'il ait eu le loisir de s'apercevoir que sa vie filait. En vacances au Tyrol, il rencontre une femme (Greer Garson) perdue dans les montagnes embrumées. Il l'épouse comme dans un rêve mais elle meurt en accouchant d'un enfant décédé. Sa vie peut désormais s'écouler à toute vitesse jusqu'à une mort heureuse.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog