quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ciné Cinéfil. 22h25. Les Quatre Filles du Dr March.

Par Louis SKORECKI — 8 février 1996 à 01:36

Ciné Cinéfil. 22h25. Les Quatre Filles du Dr March.

David Selznick propose à George Cukor, en 1933, de réaliser une nouvelle version de l'une des histoires favorites des Américains, les Quatre Filles du Dr March (Little Women). C'est l'histoire d'une famille de femmes qui doivent se débrouiller seules car le père est parti à la guerre de Sécession dans le camp nordiste. Ces «petites femmes», aidées de leur mère, doivent donc assumer et assurer seules leur quotidien. En vedette, Joséphine, dite Jo, le garçon manqué de la famille, jouée avec lyrisme et conviction par la jeune Katherine Hepburn.

Il neige. Les soldats défilent au rythme des violons. Madame March (Spring Byington) s'occupe de trouver des vêtements pour les pauvres. Elle rencontre un pauvre vieux dont deux enfants sont morts à la guerre et un troisième est blessé. Elle le réconforte et lui donne un peu d'argent. Dans cette famille bourgeoise où l'on porte encore les vastes robes à la mode à l'époque, on a appris à se priver et à se sacrifier pour les autres.

Pendant que Jo fait la lecture à sa vieille tante revêche (Edna May Oliver), Beth (Jean Parker) joue du piano en fredonnant, Amy (Joan Bennett) est punie à l'école et Margaret dite Meg (Frances Dee) attend le grand amour. C'est Noël et les filles font des cadeaux à leur mère avec le malheureux dollar donné par la tante. On répète une pièce écrite par Jo qui rêve d'être écrivain. Un peu d'animation vient de la rencontre du voisin, le riche monsieur Laurence (Henry Stephenson) et de son petit fils Laurie (Douglass Montgomery) ainsi que de leur précepteur, Brooke (John Davis Lodge). Il y a de la romance dans l'air. Les quatre soeurs sont invitées à un grand bal. Laurie fait danser Jo et Meg tourne autour du séduisant Brooke. Alors que Jo réussit à vendre ses premières nouvelles à un magazine, le vieux Laurence offre son piano à Beth. Un télégramme arrive qui annonce que le père est blessé et la mère fait le voyage à Washington pour le voir. Pour donner un peu d'argent à sa mère, Jo a vendu ses longs cheveux ravissants. Les larmes coulent. Ce n'est qu'avec les années que Jo trouvera le bonheur après le mariage de deux de ses soeurs et la mort douloureuse d'une troisième.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog