quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

CINE CINEMAS, 1h55. «Mothra contre Godzilla». Godzilla, portrait du péril atomique en monstre.

07/06/1995 à 05h36

SKORECKI Louis

Inoshiro Honda s'est bâti une bonne réputation de dresseur de monstres de cinéma avec sa série des Godzilla qui reprend, en le modernisant, le filon King Kong. En 1964, il réalise ce délirant Mothra contre Godzilla, une bataille de supercréatures en flambant Cinémascope couleur.

Tout commence par un ouragan qui détruit la zone industrielle de Kurada Beach et déterre un oeuf géant qui arrive en flottant sur la plage de Shizunawa. L'oeuf géant est l'objet des convoitises de deux industriels malhonnêtes, et M. Kumayana achète l'oeuf aux pêcheurs pour ses «Entreprises heureuses» contrôlées par un certain Jiro Torahata. Nous suivons les aventures de l'oeuf via l'enquête d'un journaliste (Akira Takarada) et de sa collègue photographe (Yuriko Hoshi).

Pendant que les deux industriels entreprennent de construire un parc d'attractions autour de l'oeuf, deux fées lilliputiennes interviennent en chantant pour qu'on leur restitue l'oeuf de la déesse Mothra. Mais qui est Mothra? On l'aperçoit brièvement, mélange ahurissant d'oiseau et de mite géante.

Mais voilà que sans prévenir, Godzilla, le monstre atomique, sort du sous-sol. Il marche sur deux pattes comme un kangourou et crache du feu comme un dragon. Aucune des armes traditionnelles, tank ou canon, ne lui fait apparemment le moindre mal. Après des prières, Mothra accepte de se battre contre Godzilla, mais elle meurt de sa belle mort.

La fin du film est homérique: l'oeuf se craquelle et deux larves jumelles de Mothra en sortent. Grâce à un fluide paralysant qu'elles secrètent, elles réussiront à immobiliser et à anéantir le terrible Godzilla.

Rediffusions: vendredi 9 à 0h15 et la semaine prochaine.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog