quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

CINE CINEMAS, 20h30. «Quiu Jiu, une femme chinoise»Le combat d'une femme chinoise contre la justice.

07/06/1995 à 05h36

SKORECKI Louis

Le metteur en scène chinois Zhang Yimou est un habitué des festivals internationaux. Quiu Jiu, une femme chinoise a remporté le Lion d'or au Festival de Venise en 1992, année de sa réalisation. Ce film à la lenteur quasi documentaire, décrit le combat solitaire d'une femme contre la justice de son pays.

Une jeune femme enceinte tire son mari dans une charrette. Elle l'amène chez le médecin parce qu'il a reçu un mauvais coup de pied «entre les jambes» décoché par le chef du village. On lui dit que ce n'est rien et on lui donne un certificat à tamponner. Mais Quiu Jiu (Gong Li) veut qu'on lui rende justice. Elle va donc voir Monsieur Yan, le directeur de la sécurité, qui décide que le chef du village payera les frais, soit 200 yuans et que l'affaire se terminera par consentement mutuel. Mais Quiu Jiu ne l'entend pas ainsi: elle refuse de se baisser pour ramasser les billets que lui jette le chef du village et veut qu'il reconnaisse ses torts.

Elle ira successivement demander justice au district, puis en ville. A chaque fois, la sentence est la même: autocritique des deux parties et les frais à la charge du chef du village. Elle ira même jusqu'à engager un avocat mais elle perd son procès et le jugement reste toujours identique.

On suit cette «femme chinoise» du village à la ville, on la voit vendre la récolte de piments pour gagner l'argent nécessaire à son procès, on assiste à son accouchement en catastrophe. Le chef du village sera condamné, trop tard, après qu'il ait aidé Quiu Jiu à accoucher. Une femme chinoise est un document sur la vie quotidienne en Chine qui vaut tous les reportages.

Rediffusions: vendredi 9 à 22h40 et la semaine prochaine.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog