sábado, 29 de agosto de 2015

Comedy of Terrors

LOUIS SKORECKI 24 JANVIER 2003 À 21:57

Ciné Cinéma Succès, 21 heures.

Les mauvais films des grands cinéastes ne valent souvent pas mieux que les mauvais films des mauvais cinéastes. En ces temps d'ivresse auteuriste, on a tendance à l'oublier. L'avant-dernier Huston, par exemple (l'Honneur des Prizzi, 1985), vaut infiniment mieux que l'avant-dernier Tourneur (Comedy of Terrors, 1962). Huston a presque 80 ans, Tourneur n'en a pas 60. Le premier fera encore un film, les Gens de Dublin, son seul chef-d'oeuvre, avant de tirer sa révérence. Tourneur n'aura pas cette chance.

Pour lui, c'est quinze ans de retraite forcée à Bergerac (France), quinze ans de dégoût du cinéma, quinze ans de petite mort. Comedy of Terrors (avec Peter Lorre, Vincent Price, Boris Karloff, Basil Rathbone) est une pitoyable comédie, plutôt grandiloquente que grinçante, produite par Roger Corman. Seulement, cinq ans plus tôt, il signait deux de ses plus beaux films, Nightfall (d'après Goodis), et Curse of the Demon, merveilleuse variation autour du film le plus connu de son père, Maurice Tourneur, la Main du diable.

Que s'est-il passé ? On n'en sait rien. Pour compliquer les choses, on rappellera juste que Night Call (simple épisode de la série télé de Rod Serling, The Twilight Zone), tourné à peine quelques mois avant le catastrophique Comedy of Terrors, est l'un des Tourneur les plus parfaits, les plus prophétiques. Au point que la pièce maîtresse de Jean-Marie Patte, la Comédie de Macbeth (Théâtre de la Colline, jusqu'au 9 février), pièce prophétique s'il en est, apparaît comme son seul remake possible aujourd'hui. Comme Tourneur, Patte ne s'intéresse qu'au peuple des morts («une véritable infection»). Le plus troublant, c'est que la Comédie de Macbeth se termine sur une sonnerie de téléphone, exactement comme Night Call. On a beau débrancher, ça sonne toujours. Personne ne nous fera croire que la Comédie de Macbeth (Jean-Marie Patte, 2003) n'est pas un film. C'est même le plus beau film français des dix dernières années. Réserver au 01 44 62 52 52.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog