sábado, 22 de agosto de 2015

Coup de coeur

04/07/2003 à 23h41

Cinécinéma succès, 21 heures.

SKORECKI Louis

Francis Ford Coppola n'est jamais là où on l'attend. Le postcinéma (pour autant qu'il y participe, ce qui est loin d'être sûr) ne l'épuise pas autant que ses camarades de classe, ses camarades en cinéphilie d'école, les Spielberg, Lucas ou Scorsese. Il est facile de voir comment Scorsese s'inscrit dans la lignée postclassique, avec le talent d'esbroufe technique qu'on lui connaît (pure entropie, disons). Il n'est pas beaucoup plus compliqué de déceler chez Spielberg et Lucas l'ambition de participer à la descendance (fût-ce sans génie) d'un Cecil B. DeMille ou d'un Kubrick. Mais Coppola, c'est plus coton. Il appartient au club des rares cinéastes hollywoodiens à refuser de laisser asphyxier, lui et son cinéma, par trop de maniérismes, de citations, de remakes de contrebande. Il se laisse moins aller, pour reprendre la formule énigmatique de Jean-Claude Biette, aux pièges et aux sortilèges du cinéma filmé. On dira, quant à nous, au risque que l'expression y perde sa belle ambiguïté, que le cinéma filmé, c'est l'étape qui suit directement le maniérisme d'usine de la cinéphilie marchande. C'est le moment précis, un moment proprement cynique, où le pays du cinéma devient le monde.

Ni le style, ni la pensée ne sont uniques chez Coppola. Il s'en soucie aussi peu que John Huston, sauf que Huston, malgré son je-m'en-foutisme formel, n'a jamais approché, même de loin, l'inventivité rafraîchissante de Coppola. Rappeler que Coup de coeur est une extraordinaire tentative de comédie musicale, un véritable pari dansé, coup de dés mallarméen dans une jungle de sentiments jaune citron et de néons furtifs. Cet invraisemblable pré-Moulin-Rouge (avec la sublime Kinski à la place de la professionnelle Nicole Kidman) fonctionne comme un véritable trou noir dans l'oeuvre et la vie de Coppola. Sentant venir le désastre, il préféra lui-même retirer son film de l'affiche. Sacrifier un film pour le suivant, c'est aussi cela, le cinéma.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog