segunda-feira, 31 de agosto de 2015

De bruit et de fureur

LOUIS SKORECKI 14 AVRIL 2003 À 22:47

Ciné Cinéma Auteur, 0 h 10.

La guerre au naturalisme est ouverte. Plus que jamais, elle est ouverte. Un film n'existe qu'en tant qu'il suicide frontalement sa part de naturalisme. ça lui fait mal, mais il vaut mieux avoir mal qu'avoir l'air con. Les films de Brisseau le savent, ça. N'importe quel film de Brisseau est un champ de bataille. S'il avait fait son grand film sur l'Indochine, si on l'avait laissé faire, on s'en serait rendu compte. Du sang dehors, du sang dedans, de l'amour partout. Un cinéaste en guerre qui fait la guerre, on aurait vu ce que c'est. Il faut en vouloir au monde pour en vouloir au cinéma. Le bel amour de Brisseau pour le cinéma ne se supporte que d'une haine des effets de réel, une haine à faire des cauchemars. Il faut que ça saigne. Il faut que ça cauchemarde à tous les plans.

De bruit et de fureur, avec ses charges de haine et d'amour qui ploient sous les images, est un cauchemar pour ceux qui pensent qu'on peut filmer la vie comme une tranche de jambon. Pour filmer la vie comme une tranche de jambon, il faut d'abord croire qu'elle se découpe en tranches, la vie, et qu'on peut la servir froide au spectateur. Le spectateur, s'il est prouvé que le «spectateur» existe encore, aime manger chaud. Il sait que chez Brisseau, on mange chaud. Soit deux ou trois adolescents faméliques, un môme de 14 ans qui a le niveau d'un petit enfant, un fils d'alcoolique qui sème la terreur sur son passage (François Négret, idéal en James Dean de banlieue), et une fille qui dirige une bande de loubards. Maladresse poétique, fantastique social, De bruit et de fureur ne ressemble à rien, sauf peut-être à un Buñuel tardif, avec ce mélange inédit d'ultraréalisme et d'onirisme déjanté. Un sourire, une apparition, un oiseau mort, un ange, une femme nue, un faucon, ce serait un collage surréaliste si le poids du social ne faisait muer le film dans une autre direction. Joue contre joue on attend le jour. Tu paries que l'amour existe ?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog