quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Ends Our Night Ciné Cinéfil. 0h55.

Par Louis SKORECKI — 11 avril 1996 à 04:19

Ciné Cinéfil. 0h55.

Né en 1888, John Cromwell vient de Broadway où il a été à la fois acteur et metteur en scène. Il commence à Hollywood comme acteur dans The Dummy, en 1929, et réalise son premier long métrage la même année. Il tournera sans interruption jusqu'en 1960. Sa spécialité est le mélodrame larmoyant: Of Human Bondage, In Name Only, Since You Went Away en sont de beaux exemples. Dans The Enchanted Cottage, il réussit à établir une atmosphère joliment fantastique pour évoquer les amours d'une fille laide et d'un homme défiguré qui se voient beaux avec les yeux de l'amour.

Il réalise aussi Dead Reckoning, un thriller sentimental avec Bogart, et quelques bons films noirs, The Rackett, avec Robert Mitchum et Robert Ryan, et Caged, qui décrit avec une noirceur réaliste les prisons de femmes. On se rappellera aussi son Prisonnier de Zenda, dont les duels sont magnifiques.

So Ends Our Night est, en 1941, l'adaptation d'un roman d'Erich Maria Remarque. Le film est produit par l'excentrique Albert Lewin, dont l'oeuvre complète comme réalisateur vient d'être programmée au «Cinéma de minuit». Lors de la prise de pouvoir par les nazis, des milliers d'Allemands ont fui le nouveau régime autoritaire. Ces réfugiés sont condamnés à se déplacer sans cesse, toujours menacés de prison pour séjour illégal et d'expulsion vers un autre pays.

Notre histoire commence à Vienne en 1937. L'Autriche vient d'être annexée par l'Allemagne. Josef Steiner (Fredric March) doit fuir l'appartement où il se cache. Il est capturé par la police et rencontre Ludwig Kern, un jeune juif qui fuit comme lui. C'est Glenn Ford, dans un de ses premiers rôles, qui joue Kern. Le nazi Herr Brenner (Erich von Stroheim) essaie d'obtenir de Josef Steiner les noms des complices qui l'ont aidé à s'échapper du camp de concentration de Dachau. Mais Steiner refuse de parler.

On fait connaissance d'un groupe de réfugiés en prison. Quand ils sont libérés, ils essaient de gagner la Tchécoslovaquie. Le film raconte les amours de Ludwig Kern et de Ruth Holland (Margaret Sullavan), qui parcourent l'Europe en même temps que Josef Steiner.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog