quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Eraserhead.

27/10/1995 à 08h55

SKORECKI Louis

Arte. 22h40.

Le premier film de David Lynch en 1976, Eraserhead, a aujourd'hui le statut envié de film-culte. C'est une oeuvre noire qui ne ressemble à rien de connu, un cauchemar éveillé qui n'épargne aucune image traumatisante, un délire surréaliste et glauque. La première image qui nous est montrée est celle d'une tête avec une sorte de tumeur en forme de globe qui pousse sur le côté. La caméra cadre la tumeur. On voit un homme à sa fenêtre et une sorte de serpent en surimpression sur la tête déformée.

Et puis le voilà, l'ahuri aux cheveux hérissés qui s'appelle Henry Spencer (John Nance). Il marche dans le no man's land grisâtre du film. Dans son hôtel, il pénètre dans un ascenseur qui se déplace avec peine. Une femme lui dit que son épouse Mary a téléphoné, il est invité à dîner chez ses parents. Toutes ces images sont accompagnées de sons synthétiques amplifiés qui renforcent la sensation d'étrangeté et de peur. On se rappelle que David Lynch était peintre avant de filmer et on comprend mieux cette sorte d'épaisseur des plans, comme si on avait passé plusieurs couches de peinture grise.

Chez lui, Henry met un disque. Il assemble les deux parties d'une photo d'identité déchirée qui représente une jeune fille. Puis il marche dans la nuit, environné de fumées. La fille Mary (Charlotte Stewart) le fait entrer chez ses parents. Une chienne est entourée de ses innombrables chiots qui tètent. Le père (Allen Joseph) arrive et raconte qu'il a fait et posé des tuyaux toute sa vie. La grand-mère est là. On se met à table.

Henry doit découper une sorte de poulet miniature, mais dès qu'il pose le couteau dessus, du sang noirâtre coule dans l'assiette et le poulet se met à bouger. La mère gémit et hurle. Mary prend la fuite. Un peu plus tard, la mère apprend à Henry qu'ils ont un bébé à l'hôpital. Le nez d'Henry se met à couler. Henry et Mary se marient avant d'aller chercher leur bébé. C'est une chose bizarre, à mi-chemin d'un lapin et d'un embryon gluant qui n'arrête pas de crier. Comme le bébé-larve pleure trop, Mary prend la fuite et rentre chez ses parents. On verra la tête d'Henry rouler sur le sol mais elle lui reviendra et il finira par faire de la purée avec le foetus à tête de lapin.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog