segunda-feira, 31 de agosto de 2015

Eyes Wide Shut

LOUIS SKORECKI 16 JANVIER 2003 À 21:50

France 3, 20 h 55.

On peut penser que Kubrick est le cinéaste d'un seul film, Lolita, qui ne lui ressemble pas beaucoup, d'ailleurs, et prendre plaisir à revoir certains de ses autres films. Celui qui s'enfile une boîte de crème de marrons ­ pour des raisons qui ne regardent que lui ­ n'est pas obligé de crier sur les toits qu'il adore ça. C'est en DVD qu'il faut voir et revoir Eyes Wide Shut. Kubrick tenait à ce qu'on le voie comme ça. Comment on le sait, ça ? Suffit de regarder, d'écouter, de palper le travail. Eyes Wide Shut est un demo pour vendeurs de matériel home cinema. Il est fait pour booster les possibilités techniques des écrans géants et surtout des packs d'enceintes, pour prouver qu'elles sont plus performantes les unes que les autres («Tu vois bien qu'il faut qu'on s'équipe, chérie»). Dans Eyes Wide Shut, le contrat implicite, le contrat préalable, c'est l'hypnose. Fermez les yeux, fermez grand les yeux (c'est littéral, on n'invente pas), et vous verrez le monde avec des couleurs plus grandes que la vie.

Kubrick fait un choix radical. Ce n'est pas le bigger than life de Nicholas Ray, mais il y a de ça. D'un baroque à l'autre, la route se rétrécit, c'est tout. Au délire abrahamique de Ray, Kubrick se contente de substituer sa misérable volonté de puissance. Il vend du vent, mais il le vend bien. On peut d'ailleurs voir Eyes Wide Shut comme un véritable cours de technique de vente ­ la vente d'un superbe appartement à New York, de deux corps qui se touchent à peine, et bien sûr d'une idée faussement classique du cinéma. En dernier lieu, comme Brisseau (Choses secrètes), c'est le suspense d'amour qu'il veut vendre, Kubrick. Sauf qu'il n'est pas branché cul, mais papier cul. D'où la plus belle scène ­ la seule ­, quand Nicole Kidman s'essuie les fesses après avoir fait pipi. On n'a jamais dit de quelle maladie il était mort, Kubrick. Et s'il était mort de ça, le vieux, à regarder Kidman s'essuyer la chatte. La chatte ou le cul, au fait ?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog