terça-feira, 25 de agosto de 2015

Force majeure

LOUIS SKORECKI 12 MARS 2002 À 22:33

Ciné cinémas 1, 22 h 30.

Vingt ans exactement. Ils étaient deux, et savaient ce qu'il y a à savoir sur le cinéma -­ pas grand-chose, mais faut le savoir. Pierre Jolivet a commencé là, en même temps que Luc Besson, avec lui, sur un film qui ne parlait pas, le Dernier Combat (savoir si c'est plus facile de faire un film sans paroles qu'un film dialogué, c'est une autre affaire ­ on en parlera un autre jour). Il a commencé avec Besson, mais il a moins mal tourné (Force majeure, Fred, Ma petite entreprise), inventant au fil des ans un cinéma mineur mais attachant. Les cinéastes mineurs (on disait autrefois les «petits maîtres»), c'est ce qui a donné vie de toute éternité au cinéma. Même aujourd'hui, en ces temps de roublardise franchouillarde, où le cinéma d'auteur roule un patin dans le noir aux machines à faire du fric, les cinéastes mineurs continuent à injecter de la vie, un minimum de vie, dans ce qui s'éloigne à vue d'oeil, sans perdre pour autant son pouvoir de fascination ­ «le cinéma».

L'angoisse sociale, le pittoresque naturaliste, le cinéma est encore fait de ça ­ quand il est fait de quelque chose. Dans Force majeure, il y a du cinéma, le minimum syndical. En surface, il s'agit de suspense naturaliste, d'engrenage à déclencher la peur (on suivra cette piste dès demain avec le joli film de David Mamet, House of Games, justement titré Engrenages en français), à partir de la rivalité de classes entre deux ex-routards (Cluzet, Bruel), soumis à rude épreuve quand ils apprennent que le troisième de la bande va être exécuté en Thaïlande pour trafic de drogue. S'ils s'y rendent, s'ils se rendent, il peut échapper à la peine de mort. Iront-ils?

Mais le vrai sujet de Force majeure, c'est le territoire exotique des sentiments (l'exotisme sentimental se doublant ici d'un réel exotisme géographique), astucieuse formule minimale du film d'auteur, découverte au moment de la sortie de Marius et Jeannette par Bouziane Daoudi, expert en world pensée ­ et collaborateur régulier de Libération ­, une formule qui remet le territoire exotique des sentiments à la place sociale qui ne devrait jamais cesser d'être la sienne. Dans Force majeure, la peur (le suspense) vient du bas, par le bas-ventre, dans la droite lignée des rafales de coups de poing, traités à l'ordinateur, en basses fréquences, de Raging Bull (Martin Scorsese/Robbie Robbertson), le film par lequel s'est instauré, il y a plus de vingt ans, ce cinéma à l'estomac dont même les films d'auteur (les Rivières pourpres) ne savent plus se passer.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog