domingo, 23 de agosto de 2015

Guêpier pour trois abeilles

ARTE, 20 h 40

par Louis SKORECKI

Je n'ai pas beaucoup fréquenté Mankiewicz, mais je l'ai côtoyé d'assez près pour deviner de quel bois il se chauffait. C'était à la fin des années 70, dans les marges endormies de Deauville. Dix ans déjà que j'avais déchanté devant Guêpier pour trois abeilles (1967), catastrophe à vocation «littéraire» qui ne laissait rien présager de bon sur la suite de sa carrière. Il y aura deux autres films, le Limier et le Serpent, aussi creux, aussi désastreux. Et puis plus rien. Plus de films, en tout cas. Juste une vingtaine d'années avant que le vieux cinéaste ne se décide enfin à quitter le monde, malheureux et aigri. Ces vingt ans, il les aura passés à courir les festivals. Hommages, discours, décorations, il ne rêvait plus que de cela. Comme si ça pouvait effacer le désastre terminal de Cléopâtre (1963), cette «chose», comme il l'appelait, qui l'avait détruit de l'intérieur.

Quand j'ai rencontré Mankiewicz, il ressemblait au personnage malin, mesquin, acariâtre, joué par Rex Harrison dans Guêpier pour trois abeilles, sans le panache vénitien qui va avec. Je l'ai tout de suite détesté. Il était devenu prétentieux, raciste, antiaméricain dans le pire sens du mot, un peu à la manière de Sternberg dans ses dernières années. Il détestait les jeunes, leur façon de parler, leurs cheveux longs. Il disait aussi qu'ils sentaient mauvais. Il s'inventait une éducation européenne qu'il n'avait jamais eue, s'imaginant en Sacha Guitry, un Guitry que les mauvaises manières d'Hollywood auraient conduit à sa perte, oubliant un peu vite tout ce que ses meilleurs films (Eve, la comtesse aux pieds nus) doivent à la culture d'usine hollywoodienne. Dans Guêpier pour trois abeilles, pour savoir laquelle de ses trois femmes l'a aimé, Rex Harrison se fait passer pour mort. Le thème est brillant dans Volpone, il est juste grandiloquent ici. Même la présence de la charmante Capucine n'y fait rien. C'est un désastre.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog