terça-feira, 25 de agosto de 2015

Judge Priest (2)

LOUIS SKORECKI 16 SEPTEMBRE 2004 À 02:09

Cinécinéma classic, 18 h 30

Un homme au costume blanc un peu froissé lit son journal pendant qu'un autre se lance dans un discours emphatique, dénonçant avec des gestes shakespeariens un voleur de poules. L'homme en blanc se contente de hocher la tête sans lever le nez de son journal. C'est le juge Priest. C'est Will Rogers. L'accusé est un grand Noir dégingandé, écroulé sur sa chaise, caricature du Nègre menteur et paresseux et des clichés sudistes du XIXe siècle. C'est seulement quand il explique de sa voix traînante qu'il n'a pas pu voler de poule puisqu'il était à ce moment précis à la pêche, que le juge relève la tête. «La pêche à quoi, fiston ?» «Au poisson-chat, m'sieur. J'en ai même pris un gros comme ça.» «Et tu utilises quoi comme appât, mon garçon ?» «Du foie de boeuf, monsieur. Toujours du foie de boeuf.» Le plan d'après, un beau plan classique et tranquille, on voit le juge et le grand Noir qui se dirigent lentement vers la rivière à poissons-chats.

Il y a au moins trois Will Rogers. L'acteur, l'homme et le personnage. Mais qui peut dire lequel est le vrai ? S'il fallait absolument choisir, ce serait un quatrième homme, quelque chose comme le personnage légendaire avec lequel sa vie et sa carrière ont toujours coïncidé. Disons que Will Rogers est une sorte de Mark Twain de cinéma qui a traversé l'Amérique des rodéos, des cirques ambulants, des spectacles de vaudevilles, des Ziegfield Follies, des films muets de Samuel Goldwyn (Sam Goldfish, à l'époque) ou de Hal Roach, avant que son humour décontracté et son bon sens sudiste n'en fassent l'une des plus grandes stars du cinéma parlant. Né en 1879 dans le territoire indien d'Oologah (l'actuel Oklahoma), Will Rogers était aussi un journaliste dont les formules prédylaniennes faisaient fureur («Les chiens ne font jamais rien pour des raisons politiques.») Quelques mois après Judge Priest, il meurt dans un accident d'avion. Il venait d'avoir 56 ans.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog