quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

«La Captive aux yeux clairs» L'épopée des hommes blancs sur le Missouri

Par Louis SKORECKI — 25 avril 1995 à 02:46

CINE CINÉFIL, 18h25: «La Captive aux yeux clairs»

Dans l'oeuvre très riche de Howard Hawks, la Captive aux yeux clairs (The Big Sky) marque en 1952 une période particulièrement féconde. C'est un western mais c'est tout autant une fresque historique et un film d'aventures. Il raconte l'épopée des premiers hommes blancs qui remontent en bateau le Missouri sauvage, depuis Saint-Louis jusqu'aux montagnes du Montana.

Un beau jour de 1832, Jim Deakins avance dans sa carriole dans un coin perdu du Kentucky. Joué avec une belle virilité par Kirk Douglas, il est sauvé de la morsure d'un serpent par le jeune Boone Coodhill (Dewey Martin). Jim et Boone se mettent à la recherche de Jeff Calloway, l'oncle à demi-indien de Boone. Ils le trouveront en prison!

Avec le vieux Jeff (Arthur Hunnicutt), le trio part en bateau pour un voyage périlleux vers les terres des Indiens Pieds Noirs. Ils découvrent une charmante captive à bord: cachée pudiquement sous une couverture, c'est la fille du chef des Pieds Noirs (Elizabeth Threatt) qui doit leur permettre de traiter avec eux. Le bateau va parcourir 3.000 kilomètres pour découvrir ces paysages inexplorés où les transactions doivent avoir lieu.

Au rythme des accordéons qui jouent le quadrille, le bateau rencontre mille difficultés et une étrange relation se noue entre Boone et la jeune Indienne. A la haine va succéder un drôle d'amour inavoué.

Quand on rencontrera enfin les Indiens, il faudra que Boone décide si son amour est plus fort que sa haine. La fin sera aussi épique que le reste de ces aventures, filmées à hauteur d'homme, et qui n'ont pas pris une ride.

Rediffusions: mercredi 26 à 0h55, jeudi 27 à 14h40, vendredi 28 à 23h25.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog