segunda-feira, 24 de agosto de 2015

La Flèche et le Flambeau (3)

22 AOÛT 2006 À 23:00

par Louis SKORECKI

Tu es sûr que la Flèche et le Flambeau vient avant Rio Bravo ? Oui, presque dix ans avant. En 1950 ? C'est ça. Comment Rio Bravo, qui vient dix ans plus tard, peut-il expliquer la Flèche et le Flambeau ? Ce n'est pas une explication, c'est une leçon. Elle porte sur quoi, cette leçon ? Sur le cinéma. C'est-à-dire ? L'humour et l'amour. Et l'aventure ? L'aventure est dans tous les films. Dans tous les films ? L'aventure, c'est le cinéma. Le cinéma d'aventure ? Non, tout le cinéma. L'aventure du cinéma ? C'est ça. Skorecki, c'est un aventurier ? Oui. Tu en es sûr ? Oui, Tourneur et Skorecki, c'est pareil. Et Biette ? Pareil. Mais Biette est mort ? Tu en es sûr ? Tu as des preuves ?

La Flèche et le Flambeau, c'est comme le Théâtre des matières ? Oui. Comment, oui ? Comme ça. L'amour ? Oui. Entre hommes ? Oui. L'initiation ? Oui. La leçon de vie ? Oui. Tourneur et Biette aimaient la même chose ? Oui. Quoi ? Le noir. Le noir ? Oui. Le noir de la salle de cinéma ? Quel autre noir veux-tu qu'ils aiment ? La mort ? Non. La vie ? Oui. Le noir de la vie ? Oui. Mais ils sont morts ? Non. Ils sont là. Là où ? Sous la table. Ils font quoi ? Ils font l'amour. Biette et Tourneur font l'amour ? Que veux-tu qu'ils fassent d'autre ? Je ne sais pas. Tu ne sais pas quoi ? Pourquoi la Flèche et le Flambeau (Tourneur, 1950) est une leçon sur Rio Bravo (Hawks, 1959). C'est une question d'amour. L'amour des hommes ? Oui. Ça fait mal ? Oui.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog