quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

La Griffe du passé. Ciné Cinéfil, 21h55.

Par Louis SKORECKI — 7 octobre 1996 à 23:24

Jacques Tourneur est l'un des réalisateurs les plus intrigants de l'histoire du cinéma. Toute son oeuvre est basée sur la suggestion et l'invisible. Né en 1904, il émigre avec son père à Hollywood en 1913. Alors que Maurice Tourneur devient vite un important cinéaste du muet, Jacques apprend son métier en travaillant sur les scripts de son père. Il fait aussi l'acteur en 1923 pour Rex Ingram (Scaramouche), en 1927 pour Sam Wood (The Fair Co-Ed) et Edmund Goulding (Love), en 1929 pour Clarence Brown (The Trail of '98). Rien que des pointures.

En 1929, il suit son père à Paris, travaille comme assistant et monteur avec lui, et réalise en France quatre films qui n'ont rien d'exceptionnel. Sa carrière américaine commence doucement quand il émigre pour de bon à Hollywood et montre son talent comme metteur en scène de seconde équipe. Entre 1936 et 1939, il réalise une vingtaine de court métrages magnifiques pour la MGM où il apprend l'art de la concision.

Il lui faudra pourtant attendre 1939 et sa rencontre avec le producteur Val Lewton pour qu'il ait le loisir de réaliser sa sublime trilogie fantastique, Cat People, I Walked with a Zombie, The Leopard Man, dans laquelle il élabore ce style si singulier qui consiste à suggérer au lieu de montrer. Il n'est pas le premier à utiliser les ombres fugitives comme leurre, mais il est le premier à pousser aussi loin cette utilisation perverse et détournée de l'expressionnisme.

Jacques Tourneur conservera ce style feutré dans ses films suivants et c'est avec une désinvolture inouïe qu'il se lance, en 1947, dans l'aventure policière que constitue les Griffes du passé (Out of the Past/Build My Gallows High), un thriller qui servira de référence et de modèle aux cinéastes à venir.

Robert Mitchum y incarne un détective privé qui raconte à sa fiancée l'histoire étrange qui lui est arrivée. Engagé par un gangster redoutable (belle performance toute en froideur de Kirk Douglas), il retrouve une jeune femme en fuite (Jane Greer) et c'est là que les ennuis commencent.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog