quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

""La loi du Nord"" , amours contrariées dans le Grand Nord

Par Louis SKORECKI — 14 avril 1995 à 03:01

Quand Jacques Feyder tourne la Loi du Nord en 1942, il est au bout de sa carrière, commencée dès 1915. Il tourne encore Une femme disparaît quelques mois plus tard, avec sa femme, Françoise Rosay, supervise Macadam en 1946 et meurt en 1948. C'est un cinéaste attachant, à la carrière quelque peu oubliée, et que Mizoguchi vénérait.

La Loi du Nord est un drôle de mélodrame cahotique qui raconte les amours contrariées d'un quatuor de personnages, isolés dans un désert de neige, au bout du monde. Robert Shaw (Pierre-Richard Willm) est un milliardaire américain qui n'est pas heureux en amour. Sa femme le trompe avec un homme qu'il va exécuter d'une balle au coeur. Michèle Morgan joue le rôle de Jacqueline Berr, la secrétaire dévouée de Bob Shaw. Le procès est expédié: Shaw n'échappe à la chaise électrique que parce qu'on le considère comme fou. Il s'enfuit avec Jacqueline vers le Grand Nord canadien.

Dès lors, on assiste aux rapports compliqués de quatre personnages, les deux fuyards et deux habitués des neiges éternelles, un chasseur qui fait du commerce avec les Indiens et Dale, un officier de la police montée canadienne (Charles Vanel). Hélène est convoitée, couvée, aimée, par les trois hommes. Le film est une suite de poursuites mortelles et palpitantes à travers les glaces dont nul ne sortira vainqueur.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog