quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

La lutte de «L'Homme d'Aran» contre la mer

24/03/1995 à 01h50

SKORECKI Louis

La lutte de «L'Homme d'Aran» contre la mer

Ciné Cinéfil, 22h, documentaire

Robert Flaherty est considéré généralement comme le meilleur documentariste au monde. Et l'Homme d'Aran, tourné en 1934, est probablement son film le plus parfait. Flaherty a posé ses caméras sur trois petites îles rocailleuses, au large de l'Irlande. Il n'y a ni arbres, ni terres, juste des cailloux et des pierres. Pendant les tempêtes hivernales, les îles sont presque submergées.

Le film décrit la lutte de l'homme d'Aran contre la mer. Un garçon attrape un crabe, quelques poules vont et viennent. Un mouton et un chien s'assoupissent. La mère appelle son fils, ils vont accueillir le bateau à rames qui revient. Difficile de récupérer les filets parmi les vagues gigantesques.

La subsistance quotidienne, c'est la pomme de terre. Pour la faire pousser, la femme transporte des algues sur son dos. Il faut casser les pierres pour trouver un rien de terre. Depuis des milliers d'années, l'homme d'Aran trouve la terre dans les failles des rochers.

Voici enfin la pêche traditionnelle du requin pèlerin, le plus gros poisson de l'Atlantique, peut-être même du monde. Les pêcheurs harponnent la bête: il faut deux longs jours de lutte pour en venir à bout. Bientôt, la graisse du requin servira à allumer les lampes. Les éléments rudes et majestueux dominent cette vie communautaire, où l'on se tient les coudes pour survivre. On peut juste imaginer le goût fabuleux des pommmes de terre arrachées au désert.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog