domingo, 23 de agosto de 2015

La Règle du jeu

LOUIS SKORECKI 12 JUIN 2002 À 23:55

Une aristocrate hésite entre plusieurs hommes, sa femme de chambre aussi. Les héros croisent les lâches, les maîtres se mélangent avec les domestiques, la comédie joue au coude à coude avec le tragique. Pour un peu, on se croirait chez Bruno Schulz : les automates ont l'air plus vrai, sous certains angles, que leurs propriétaires. Bientôt ce sera la guerre. Bientôt, ces extraordinaires grimaces d'acteurs (Dalio, Modot, Carette), ces accoutrements de soubrettes (Paulette Dubost), ces minauderies de femmes du monde (Nora Grégor, Mila Parely), ces sourires de héros mondains (Roland Toutain), de ratés mondains (Renoir), d'homosexuels mondains (Roger Forster), tout cela sera englouti dans les tourments de l'histoire. Une poignée d'hologrammes secoués de spasmes, il n'y aura plus que ça. Il n'y a déjà plus que ça.

Renoir joue dans la Règle du jeu à fixer une dernière fois leurs rondes gamines, leurs amours travesties. Chaque comédien a son rythme, son jeu, sa liberté propre. Triomphe de l'hétérogénéité la plus radicale. Un vrai souk. Où regarder ? Quel est le jeu, quelle est la règle, dans ce pied de nez au réel ?

Si tu trouves, tu es fort. Un indice, quand même, pour te mettre sur la piste. Tu vois que ça tremble, n'est-ce pas ? Qu'est-ce qui fait si peur à la caméra de Renoir ? Quelle sorte d'attirance mêlée de répulsion lui fait choisir comme héros un aristocrate efféminé, maquillé ? Un héros dont la mère est juive, c'est quoi ? Tu rougis ? Renoir, n'est-ce pas ce type qui va dénoncer aux pires autorités de Vichy, quelques mois plus tard («J'ai été victime des juifs qui nous empêchaient de travailler et qui nous exploitaient»), ces producteurs décidément incapables de se débarrasser de leur accent yiddish ?

Tu baisses les yeux. Attends la dernière phrase. «Quand je reviendrai, je serai dans une France désenjuivée, où l'homme aura retrouvé sa noblesse et sa raison de vivre.» Le cinéma commence quand tombent les certitudes. Avant, ça compte pour du beurre. Avant, il y a erreur sur la personne. Avant, il n'y a personne. Renoir ne pense qu'à travailler, à mentir, à inventer. Toute sa vie, il ne pensera qu'à ça. Quitte à y mettre le prix.

SKORECKI Louis

Ciné Classics, 10 h 15

Nenhum comentário:

Arquivo do blog