quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

L'Ange des maudits. Ciné Cinéfil, 18 h 50.

15/10/1996 à 00h36

SKORECKI Louis

Tim Whelan est scénariste et metteur en scène. Né en 1893, il commence sa carrière comme un excellent gagman pour Harold Lloyd (Safety at Last, Hot Water, The Freshman) avant de virer metteur en scène avec Adam's Apple en 1928. Avant 1940, il tourne en Angleterre. Certains cinéphiles trouvent d'ailleurs ses films anglais meilleurs que ses films américains. Ce serait oublier ses bons westerns comme l'excellent les Rôdeurs de l'aube.

L'Ange des maudits (Badman's Territory) est un western de 1946 qu'il ne faut pas confondre avec le chef-d'oeuvre homonyme (Rancho Notorious) de Fritz Lang. L'action se passe à la fin du siècle dernier dans un Etat sans police ni juridiction, qui s'appelait littéralement le «territoire des bandits». Coincé entre le Texas et la terre des Indiens, il accueillait tous les hommes recherchés qui venaient s'y réfugier. C'est ainsi que dans ce film on verra passer les frères James, Belle Starr et la bande des Dalton.

Dans la capitale du badman's territory, Quinto, une femme écrit des éditoriaux contre le règne des hors-la-loi. C'est Henrietta Alcott (Ann Richards), une jeune femme indépendante, qui voudrait utiliser son journal contre les bandits. En parallèle, on suit Mark Rowley et son jeune frère qui croisent la route des frères James. Mark est joué par l'homme le plus imperturbable du cinéma américain, Randolph Scott. Le vieux Coyotte (George «Gabby» Hayes) fait le guet pour Jesse et Frank James.

Rowley est un shérif qui voudrait mettre de l'ordre à Quinto. Mais il se heurte à l'hostilité des habitants. Dans une série de plans larges rythmés par des raccords maladroits, on assiste à l'affrontement entre Mark Rowley et les bandits d'une part, et la concurrence entre deux shérifs, Rowley et Hampton, le second ayant un avis de recherche contre le premier. L'idylle très chaste entre Rowley et Henrietta ponctue cette rivalité. Alors que le frère de Mark choisit le camp des bandits, les Dalton tuent tous ceux qui s'opposent à eux.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog