quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

«Le Couple invisible». Constance et Gary, ou les surprises de la transparence

29/03/1995 à 01h43

SKORECKI Louis

CINE CINEFIL. 1h55.

Constance et Gary, ou les surprises de la transparence Ce n'est pas ici Norman Z. McLeod, le metteur en scène, qui est important. C'est plutôt le sujet et l'interprétation qui font de Topper (le Couple invisible) une comédie à l'américaine des plus charmantes. D'ailleurs le succès fut tel que plusieurs autres Topper suivirent.

Réalisé en 1937, ce film raconte les rapports d'un couple invisible avec le monde. George et Marion, interprétés avec une belle légèreté par Cary Grant et Constance Bennett, forment un couple de grands bourgeois insouciants plus portés sur l'alcool que sur les opérations boursières. Leur ami Topper, joué très pince-sans-rire par Roland Young, dirige le conseil d'administration d'une société où figurent aussi Cary Grant et Constance Bennett.

La veille du conseil d'administration, ayant absorbé une bonne dose d'alcool, ils dorment dans leur voiture devant le building. Et le conseil terminé, ils filent dans leur voiture à toute allure. Accident. La bagnole est fichue. Cary Grant: «Je crois que nous sommes morts.» Constance Bennett: «Je crois que tu as raison.»

En fait, ils sont devenus transparents et il arrive même qu'ils disparaissent complètement. A partir de cette idée simple (un couple qui apparaît et disparaît sans prévenir), le film aligne une série de gags sans prétention: la voiture qui roule sans conducteur (il faut qu'ils économisent leur quantité «d'ectoplasme»), Constance Bennett, invisible, qui gifle le garçon d'ascenceur, des manigances pour rendre fous le groom ou le détective de l'hôtel. C'est un film sans prétention et qui ne porte pas à conséquence. Il se regarde avec plaisir.

LOUIS SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog