segunda-feira, 31 de agosto de 2015

Le Désert de la peur. Ciné Classics, 22 heures.

21/01/2000 à 21h48

SKORECKI Louis

Walsh aride, admirable, épique, pour la rétrospective de l'année, celle que l'ami Brion s'entête vainement, depuis des années, sur FR3, à essayer de mettre sur pied. Aux côtés d'une poignée de vrais auteurs méconnus, disons Soldati, de Mille, Dwan, Preminger, Ulmer, Ludwig, Heisler", Raoul Walsh est sans doute le plus important de ces grands classiques ignorés d'une génération de cinéphiles qui n'a appris le cinéma qu'à la télévision. Ils n'en reviendront pas. Pour peu que le maniérisme pornographique de Scorsese ou des bidouilleurs de Hong-kong n'ait pas brouillé leurs yeux, la sécheresse de Walsh, son flegmatisme muet, son refus de la stéréoscopie facile, apporteront à ces spectateurs un peu trop jeunes pour être honnêtes (on ne choisit pas sa date de naissance) la révélation de ce qu'on appelait autrefois le style ­ et qui ne sert plus aujourd'hui qu'à masquer le manque d'idées de mise en scène, le manque de point de vue sur le monde et, encore plus souvent, le manque de scénario original. Troisième volet de la trilogie de westerns tragiques que Walsh tourna dans les années quarante, Along the Great Divide (Une corde pour te pendre/le Désert de la peur, 1949) ne vaut évidemment ni le premier volet, Pursued (1947), morsure psychanalytique avec Robert Mitchum dans son plus beau rôle, ni encore moins la conclusion du triptyque, Colorado Territory (1949), remake par Walsh de son autre chef-d'oeuvre, High Sierra (remplaçant Humphrey Bogart, Joel McCrea, l'un des acteurs hollywoodiens les plus sous-estimés, meilleur ami de Jacques Tourneur avec lequel il tourna plusieurs merveilles absolues parmi lesquels Stars in My Crown, le seul film dont le cinéaste tirait quelque fierté).

Dans Along The Great Divide, Kirk Douglas doit conduire un vieil homme à la ville où il sera jugé. A moins qu'on le pende avant" Joué par Walter Brennan (dix ans avant Rio Bravo, il a déjà des allures de Stumpy), le faux coupable est défendu par sa fille, la belle Virginia Mayo, qui ne sait pas se retenir d'aimer en même temps ­ dilemme cornélien ­ le cow-boy au menton troué. John Agar, plus fordien que jamais, est aussi de la partie.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog