segunda-feira, 31 de agosto de 2015

Le Garçu

13/01/2003 à 21h46

France 3, 23 h 20.

SKORECKI Louis

C'est la Femme d'à côté de Truffaut qui devait passer ce soir sur France 3. Le dernier Pialat, le Garçu, le remplace au pied levé. Un film assez émouvant, au demeurant, ne serait-ce que par le désir de son auteur de se survivre à lui-même à travers son enfant, qu'il filme à la six-quatre-deux, comme on devrait toujours filmer les enfants. Pialat était un sale type, un type fourbe et méchant, mais avec l'âge, ses défauts le rendaient sympathique. A force de se répéter dans la mauvaise foi, la haine des autres (ou la pure et simple jalousie), il en était devenu presque touchant.

Les cinéastes français aiment à penser que leur modèle, c'est Godard ou Pialat. C'est pourtant Truffaut ­ et nul autre ­ sur lequel ils modèlent ce qui leur tient lieu d'oeuvre. Les mauvais cinéastes sont des météorologues, ils savent de quel côté souffle le vent. Huston ou Truffaut ­ - pas exactement notre tasse de thé -­ nous en apprennent plus sur le cinéma que Ford ou Mizoguchi. C'est du trottoir d'en face que viennent toujours les idées. Pour un cinéphile ou un cinéaste ­- autant dire un spectateur ­-, c'est ce qu'il ne faut pas faire qui prouve que le cinéma peut encore se succéder à lui-même. La Nuit du carrefour (Renoir, 1932) ou les 39 Marches (Hitchcock, 1935) ne font que souligner à quel point le cinéma ne se ressemble plus depuis qu'il a cessé de s'inventer à chaque plan, disons depuis 1958. Les mauvais films (un Wilder bavard, un Eisenstein surtravaillé, un Pialat boursouflé), fourmillent au contraire d'indications sur un cinéma à venir (qui ne serait ni du surlignage de luxe, ni de la télévision filmée). Au moment où les films en salles font moins de recettes que le DVD (répétez-vous ça dans la tête, pour voir), il est urgent de retrouver la formule d'un cinéma oblique et rigoureux, qui ne soit surtout pas storyboardé d'avance. De ce côté-là, Pialat ne nous sert à rien. Malgré son côté chien fou, il a fini par ressembler à ce Truffaut qu'il haïssait tant. A lui aussi, Truffaut a servi de modèle. Pialat aurait détesté qu'on dise ça. Ce n'est pas parce qu'il est mort qu'on ne doit pas lui dire.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog