quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

«Le Miracle de l'amour»: Le miracle de la bêtise, comédie en AB mineur

06/03/1995 à 02h26

SKORECKI Louis

Le miracle de la bêtise, comédie en AB mineur TF1, 18h30, Sitcom «Le Miracle de l'amour», suite de la même eau d'«Hélène et les garçons», est un bijou dans son genre, un équivalent désossé du cinéma d'Eric Rohmer, une esthétique du miniature, dans les moyens, les scénarios, les textes, les sentiments, les personnages.

C'est une promotion pour AB Productions, qui a maintenant quatre sitcoms dans la journée: le Miel et les abeilles à 16h15, les Garçons de la plage à 17h30, Premiers Baisers à 18h05, et le Miracle de l'amour, qui passait à 17h50 et désormais programmé à 18h30. On a pu suivre pendant une semaine ces nouvelles aventures d'Hélène et les garçons. Qu'est-ce que ça vaut?

Ceux qui détestent le côté lisse et bébête d'Hélène et les garçons continueront à détester. Mais pour les nombreux fans, jeunes et vieux, le Miracle de l'amour arrive comme un cadeau. Où trouve-t-on une manière si stylisée de parler des tracas quotidiens de l'amour? Les productions AB ont les qualités de leurs défauts: deux ou trois décors, pas plus, pour raconter au jour le jour les tourments amoureux d'une dizaine d'adolescents. C'est une esthétique de l'économie qui produit des effets de style tout à fait passionnants.

A force de gommer tout ce qui n'est pas essentiel à l'intrigue sentimentale de la série, on en arrive à un équivalent «vulgaire» du cinéma d'Eric Rohmer qui sait, mieux que tous, faire avancer ses films par soustraction plutôt que par addition. Et il y a une sorte de bêtise merveilleuse à se laisser aller aux films de Rohmer qu'on retrouve, amplifiée, dans le Miracle de l'amour.

Regarder. Sourire devant la naïveté de nos jeunes héros qui ont décidé d'emménager à sept dans une nouvelle maison. Ne pas fuir l'émotion de base qui peut s'emparer de vous devant ces trois couples qui passent leur temps à s'aimer. Accepter la totale invraisemblance de cette vie, d'où sont exclus le travail et les tracas quotidiens. Seules comptent ici les preuves d'amour qu'on doit se donner jusqu'à plus soif, les petites infidélités, les petits drames.

Sentiments et vocabulaire limités C'est une fiction en miniature dans laquelle les passions sont conjuguées en mineur, en minuscule. Jean-François Porry (alias Azoulay, le A de AB) signe ici seul les scénarios. Ils sont écrits comme des chansons et ce n'est pas un hasard si Porry est l'auteur des textes d'Hélène-chanteuse et de quantité d'autres produits Dorothée. Le nombre des mots est limité, tout comme le nombre de sentiments. Et ceux-ci doivent rimer ensemble, au rythme tranquille d'une ritournelle sentimentale.

On a changé de décor et les garçons ont un autre local pour répéter. Mais Hélène est toujours aussi amoureuse et Laly cherche toujours un garçon pour sa copine célibataire. Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils s'aiment. La petite musique du Miracle de l'amour est sautillante, légère, sucrée. C'est un feuilleton-bonbon qui se suce avec candeur. Pourquoi refuser ce plaisir acidulé des choses qui ne portent pas à conséquence?

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog