segunda-feira, 31 de agosto de 2015

Le Tigre du Bengale

LOUIS SKORECKI 8 MAI 2003 À 22:55

Arte, 0 h 40.

La tentation et la chute sont les deux piliers de l'amour. Rappeler que l'homme des Nibelungen et de Metropolis hésita deux ou trois semaines avant de refuser le poste de cinéaste officiel du régime hitlérien. Ces quelques jours d'hésitation, pour un juif, même pour un juif assimilé, c'est une éternité. De cette souillure inaugurale le cinéma langien n'a jamais cessé de témoigner, sans que les chercheurs cherchent à en savoir davantage, préférant la fable ressassée de son départ précipité («Le soir de la proposition de Goebbels, je prenais le train pour la France»). Grand architecte viennois, Lang bâtira des tombeaux baroques hollywoodiens à n'en plus finir, des films-tombeaux destinés à abriter sa faute inexpiable.

Tu veux dire que toutes ces histoires d'innocents-coupables (Joan Fontaine, dans l'Invraisemblable Vérité, décidant en une fraction de seconde d'envoyer Dana Andrews à la chaise électrique), c'est une manière pour Lang d'expier ?

Si tu veux.

Le tombeau que le maharadjah du Tigre du Bengale se fait construire, c'est aussi pour expier ?

-­ Ce n'est pas la Terre des pharaons, quand même. Hawks et Faulkner sont fascinés, hypnotisés par cet homme qui veut suspendre le temps, qui veut qu'un pays entier lui bâtisse une pyramide pour l'éternité. Ce qui intéresse Lang, c'est plutôt l'amour en tant qu'il est immortel. Dans le Tigre du Bengale, il s'agit d'un homme qui veut garder sa femme pour l'éternité, même si elle doit mourir pour ça.

Debra Paget représenterait Thea von Harbou ? Lang veut l'emmurer avec lui, c'est ça ?

Rappelle-toi qu'avant de choisir l'antisémitisme et le fascisme ­ et de quitter Lang ­, Thea von Harbou a écrit (en 1921) la première version du Tigre du Bengale. Tu vois, la vie est vraiment un mauvais scénario.

Tu es sûr qu'elle a bien existé, cette femme ?

(A suivre)

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog