quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Lenny. Arte, 20h45.

Par Louis SKORECKI — 23 septembre 1996 à 10:37

Avant d'être réalisateur, Bob Fosse a été un brillant danseur et un bon chorégraphe. Né en 1925, il fait ses débuts à Broadway en 1948 et y gagne peu à peu la gloire. A Hollywood, il démarre une carrière d'amoureux transi, notamment dans Donnez-lui une chance de Stanley Donen en 1953 et dans Ma soeur est du tonnerre de Richard Quine en 1955.

Comme cinéaste, la carrière de Bob Fosse est plus courte et moins remarquable. Qui se rappelle encore aujourd'hui de Sweet Charity (1969), Cabaret (1972), All That Jazz (1979) et Star 80 (1983)? On peut dire que Lenny, qu'il signe en 1974, est de loin son film le plus remarquable. Photographiée dans un noir et blanc terrifiant par Bruce Surtees, cette biographie de l'amuseur américain Lenny Bruce n'a pas pris une ride et se regarde toujours comme un cauchemar éveillé.

Lenny oscille sans cesse entre des confessions au présent et des flash-backs nerveux. Le principal témoin de la vie de Lenny Bruce est sa femme, Honey, jouée à fleur de peau par Valerie Perrine. Mais c'est à un Dustin Hoffman incroyablement modeste dans sa performance que Lenny doit sa fièvre si singulière. On a peine à se convaincre que c'est le même comédien adepte d'un jeu outré et caricatural qui incarne ici avec pudeur et réserve un artiste célèbre des années 50.

Le film ne suit pas un ordre strictement chronologique. Il s'amuse au contraire à faire éclater les dates. Quand Lenny Bruce débute, il n'est qu'un comique de seconde zone qui introduit en quelques mots des spectacles de strip-tease dans des cabarets pouilleux. C'est dans une de ces boîtes que Lenny rencontre la belle Honey, qui ressemble comme deux gouttes d'eau à l'émouvante Lee Remick du Fleuve sauvage. Lenny est le droit héritier des beatniks à l'humour décalé, il s'amuse à jouer des expressions les plus contemporaines, à l'image du splendide héros solitaire de Mickey One. Peu à peu, Lenny tombe dans le piège de la drogue. En même temps, la police l'arrête pour usage de mots obscènes. Il connaîtra une mort atroce et son génie contemporain ne sera reconnu que bien plus tard.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog