sábado, 29 de agosto de 2015

Les Cloches de Sainte-Marie (2)

LOUIS SKORECKI 18 OCTOBRE 2002 À 01:27

Ciné Cinéma Classics, 16 h 15.

«Ça va, tête de veau ?» Ni Josy, ni Anne n'osaient plus sortir. Josy, surtout, une femme de bonne éducation, une femme de lettres. Un jour, elle avait même fait retraite chez les soeurs de Ste-Gode, à côté de Tel-sur-Vibre. «Ce vit, il te va, tête de veau ?» C'était décidément trop. Elle appela son ami Philippe, son confident.

Philippe. - Je te sens stressée. Ta chérie t'a encore fait des misères ?

Josy. - Non, c'est le MLFL, ces prétentieuses du Mouvement de libération des femmes de lettres, elles n'arrêtent pas de m'agresser. Je n'ose plus sortir de chez moi, c'est dire.

Philippe.- Je ne supporte pas plus les attaques du MLHL, le Mouvement de libération des hommes de lettres, l'organisation néopétainiste de Jean-François Canigou. Il est immonde, il me fait vomir. Je pars me ressourcer à Bordeaux, dans le couvent de famille. Pourquoi ne viendrais-tu pas ?

Josy.- Mais je suis une femme !

Philippe.- Ils n'y verront que du feu. On montera un remake des Cloches de Sainte-Marie. Toi en Ingrid Bergman, moi en Bing Crosby. On s'amusera comme des fous.

Josy.- C'est quoi, les Cloches de Sainte-Marie ?

Philippe.- Tu ne connais pas ? C'est une opérette géniale de Leo McCarey, une opérette religieuse.

Josy.- Religieuse ?

Philippe.- C'est l'histoire d'un prêtre et d'une bonne soeur, la suite de la Route semée d'étoiles, avec Bing Crosby en curé chantant.

Josy.- Tu te moques de moi.

Philippe.- Non. Ça avait si bien marché qu'en 1945, à peine quelques mois après, McCarey en a fait une suite. Tu adorerais.

Josy.- C'est qui, McCarey ?

Philippe.- Le plus grand cinéaste américain, une sorte d'Hitchcock de la comédie romantique. Ils étaient d'ailleurs très amis.

Josy.- Sérieusement, c'est un film d'amour entre un curé et une bonne soeur ?

Philippe.- Tu veux rire. Juste un homme et une femme qui veulent faire le bonheur des orphelins.

Josy.- Moi aussi, j'aime faire le bonheur des gens.

Philippe (éclatant de rire).- On ne fait pas plus méchante que toi.

Josy.- C'est ma nature. Tu me laisseras chanter ?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog