quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

""Les ruses du diable"": Les malheurs d'une cousette signés Vecchiali, mi-Demy mi-Godard

06/03/1995 à 02h09

SKORECKI Louis

Les malheurs d'une cousette signés Vecchiali, mi-Demy mi-Godard

Ciné Cinéfil, 20h30, film

PAUL VECCHIALI occupe une place à part dans le paysage du cinéma français. Cinéaste et producteur, polytechnicien par accident, il a su inventer une oeuvre en marge des grands courants depuis ses débuts au cinéma en 1961. Il a même à son crédit l'un des plus beaux films de tous les temps, Femmes, Femmes (1974), que Pasolini admirait par-dessus tout.

En tant que producteur, Vecchiali est peut-être encore plus créatif et il a réussi, à travers sa société, Diagonale, à produire des films magnifiques, parmi lesquels on retiendra en particulier ceux de Jean-Claude Biette.

Les Ruses du diable est le premier long métrage que signe Paul Vecchiali en 1965. Situé à mi-chemin entre Demy et Godard, il raconte la drôle d'histoire de Ginette, qui travaille comme cousette dans un atelier de couture, et reçoit un beau jour un billet de cent francs bien caché dans une enveloppe. C'est une belle inconnue, Geneviève Thénier, qui joue Ginette avec toute la maladresse émouvante des débutants.

Ponctué de chansons, le film s'attache au curieux destin de Ginette: tous les jours lui arrive une nouvelle lettre avec un nouveau billet de cent francs flambant neuf. Son aventure va-t-elle ressembler aux romans-photos dont elle est si friande, comme Sortilèges, qu'elle dévore avec passion?

Vecchiali attendra l'ultime minute pour nous dévoiler qui est le «diable» qui adresse ses «dix mille balles» par jour à la petite cousette. Entre-temps, avant le dramatique dénouement, on aura le temps de suivre de près les amours éphémères de la jeune fille poursuivie par la mort.

L.S.

Rediffusions: mardi 7 à 17h20, mercredi 8 à 21h50, jeudi 9 à 23h35, vendredi 10 à 18h50.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog