quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

""L'esclave aux mains d'or"": La drôle de carrière du boxeur Joe Bonaparte

04/02/1995 à 01h28

SKORECKI Louis

Ciné Cinéfil, samedi 11h45, film

Mamoulian est un grand cinéaste hollywoodien dont la carrière est mal connue en France. Son film le plus célèbre est peut-être la Reine Christine avec Greta Garbo. Quant à Golden Boy, sorti en France en 1939 sous le titre l'Esclave aux mains d'or, c'est l'une de ses oeuvres bien connues outre-Atlantique mais qu'on a rarement l'occasion de voir chez nous.

Aujourd'hui, on se rappelle surtout de l'Esclave aux mains d'or parce qu'il a révélé William Holden au grand public. Tom Moody, manager de boxe, essaye de divorcer pour épouser Lorna. Adolphe Menjou prête ses traits tirés au premier, Barbara Stanwyck joue avec panache la seconde. Ils rencontrent un jeune homme au visage bouclé et angélique (William Holden) qui se propose de remplacer leur boxeur blessé. Il s'appelle Joe Bonaparte. C'est sa drôle de carrière qui servira de trame au film.

Fils d'un épicier italien fou de musique qui rêve pour lui d'une carrière de violoniste, Joe est tiraillé. Lee J.Cobb joue avec emphase le père sentimental qui tremble à chaque combat pour les mains délicates de son musicien de fils. C'est en fait pour séduire Barbara Stanwyck dont il tombe vite amoureux que William Holden décide de devenir un grand boxeur.

Avec l'arrivée dans le camp de Joe Bonaparte d'un chef de la mafia, l'intrigue se complique encore. Combats victorieux, amours contrariées, on suit jusqu'au bout avec passion le destin de ce boxeur au coeur tendre qui saura s'arrêter avant de basculer dans les combines.

Louis SKORECKI

Dernière diffusion dimanche 5 février à 20h30

Nenhum comentário:

Arquivo do blog