quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

«L'homme aux lunettes d'écaille», de Douglas Sirk (1948): Une femme prise dans la toile conjugale

27/03/1995 à 01h48

SKORECKI Louis

CINÉ CINÉFIL, 17h40: «L'homme aux lunettes d'écaille», de Douglas Sirk (1948)

Si Douglas Sirk a bâti sa réputation sur de superbes mélodrames, il ne faut pas oublier qu'avant, il a été un excellent réalisateur de petits polars et de films d'aventures. L'Homme aux lunettes d'écaille, qu'il signe en 1948, vient à propos rappeler que Sirk savait mieux que personne manier l'art du suspense.

Une femme se réveille dans un train pour Boston. Elle ne sait plus comment elle a quitté New York. Cette belle amnésique, Alison Courtland, est jouée tout en finesse par Claudette Colbert. Dans son appartement new-yorkais, son mari, Richard Courtland, interprété avec beaucoup d'intelligence par Don Ameche, reçoit la visite d'un sergent de police qui a les traits du jeune et déjà gros Raymond Burr. Dans l'avion qui la ramène chez elle, Claudette Colbert rencontre le beau Robert Cummings qui interprète Bruce Elcott. Selon Don Ameche, sa femme, Claudette Colbert, lui a tiré dessus la veille. Elle ne se rappelle plus de rien.

On comprend vite que Don Ameche tisse une toile effrayante autour de sa femme pour la rendre folle et récupérer sa fortune. Il place plusieurs fois devant sa femme un homme aux lunettes d'écaille qui la terrifie. Un drame expressionniste, filmé dans un noir et blanc impitoyable.

LOUIS SKORECKI

Rediffusions: mardi 28 à 10h15, mercredi 29 à 23h20, jeudi 30 à 12h05, vendredi 31 à 21h50.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog