sábado, 29 de agosto de 2015

Lola

LOUIS SKORECKI 9 SEPTEMBRE 2002 À 00:55

La scène se passe place Octave-Chanute, à Paris. Cinquante mètres plus bas, la place Edith-Piaf attend la chute de l'histoire. Il y a trois personnages, Guillaume, Gaston, Julie. A vue de nez, ils ont entre 20 et 25 ans. Julie fait mine de chanter. Voix acidulée, à la Vanessa Paradis.

Julie. ­ C'est moi, c'est Lola.

Gaston. ­ Laisse-moi rire.

Les yeux de Julie s'emplissent de larmes.

Guillaume. ­ Fais Sinatra dans Guys and Dolls, pour voir.

Gaston. ­ Je ne suis pas chanteur, moi.

Guillaume. ­ Elle non plus. Mais elle essaie.

Julie. ­ Oh, vous m'énervez, vous m'énervez. Chanter Demy, ça me détend. Quand je fredonne Peau d'âne, je deviens toute molle, comme une fillette de 7 ans.

Gaston. ­ Normal, c'est un film pour fillettes de 7 ans.

Julie. ­ T'es pas un vrai mec. Les vrais mecs fondent à Peau d'âne, ils craquent quand Lola fait ses trucs.

Gaston. ­ Les pédés, oui.

Guillaume. ­ ça, c'est du Philippe Murray. C'est lieu commun et compagnie. Demy n'est pas plus un cinéaste pour pédé que Hawks ou Minnelli.

Gaston. ­ Tu tombes pile, Hawks et Minnelli, c'est des cinéastes pour folles. Ils filment les mecs comme des gonzesses et les gonzesses comme des cow-boys. Regarde Angie Dickinson dans Rio Bravo, elle a beau être sublime, c'est un travelo. Et John Wayne ? Une grosse fille à perruque, une folle à moumoute. J'ai tort ou quoi ?

Julie. ­ Le cinéma, c'est du rêve, pas du trivial. Le pédé, je me demande des fois si c'est pas toi...

Gaston. ­ C'est pas parce que je te tripote pas tous les quarts d'heure que je suis une tantouze. Tu ne me fais pas bander, c'est tout. Tu ne me fais pas rêver, si tu préfères.

Julie (elle se remet à pleurer).­ T'es un salaud, un vrai salaud. Même Anouk Aimée en string dans Lola, tu lui balancerais des saloperies. T'as pas de coeur. T'es un pédé.

Gaston. ­ T'as tort, j'adore Lola. C'est un film-tract, un slogan d'amour, une merveille.

Julie le regarde tendrement. Guillaume est descendu acheter des croissants place Edith-Piaf. Le matin se lève.

SKORECKI Louis

Cinétoile, 21 heures.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog