sábado, 22 de agosto de 2015

Mars Attacks !

02/05/2003 à 22h48

TPS Star, 22 h 40.

SKORECKI Louis

Les tristes noyades dans les effets de réel, tu en fais quoi ? Tu regardes paresseusement Mars Attacks !, tu vois les emprunts à la série B, la surenchère distanciée. Mais la bande-son, tu en fais quoi ? La voix qui tue, tu en fais quoi ? Au mieux, tu cites Danny Elfman, le compositeur de toutes les musiques de Tim Burton, grand maître en pitreries sonores (le créateur de l'Oingo Boingo Band, c'est lui), auquel la bande à Hitchcock a mis le pied à l'étrier au début des années 80 en lui confiant deux ou trois musiques pour Hitchcock présente. Mais la voix magique, la voix qui tue les martiens, tu en fais quoi ? Tu as oublié. Tu vois leur tête qui explose, mais tu te rappelles juste d'un son strident qui traverse le film.

Ce son strident, c'est Indian Love Call, l'une des chansons les plus connues de Slim Whitman, crooner country célébrissime, qui fêtera bientôt ses 80 ans. Bear Family réédite Indian Love Call et d'autres chefs-d'oeuvre des années 50, dans Rose Marie, un somptueux coffret de plus de 160 chansons (107 euros ­ mais ça les vaut ­ sur www.bear-family.de). Pour Tim Burton, la voix du jeune Slim, cette voix venue d'un autre espace-temps, d'une autre civilisation, a traversé l'histoire hollywoodienne. Slim Whitman, gentleman de la sérénade sentimentale, est l'une des icônes les plus désuètes et les plus attachantes de l'Amérique profonde. L'inquiétante étrangeté de sa voix, quelque part entre Bing Crosby et les ondes Martenot, a probablement ébloui (et effrayé) le petit Burton il y a quelques décennies. La spécialité de Slim, c'est le yodel, ce hululement d'amour des montagnards du Tyrol, qu'Emmett Miller et Jimmie Rodgers ont transformé en hoquet country. La voix d'opérette de Slim Whitman va comme un gant aux élans parodiques burtoniens. Sans cette voix au-delà du kitsch, la chanson cow-boy ne serait pas ce qu'elle est. Sans lui, il n'y aurait pas non plus de Mars Attacks !, mais ça, c'est beaucoup moins grave.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog