quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Mon amie Sally. Ciné Cinémas, 10h10.

Par Louis SKORECKI — 25 septembre 1996 à 10:33

Né en 1888, Irving Cummings débute sa carrière hollywoodienne comme acteur. Il devient producteur et réalisateur à partir de 1922. On le prend un temps pour un spécialiste du film d'action, notamment quand il signe In Old Arizona en 1929 aux côtés d'un Raoul Walsh très musclé. Entre 1930 et 1940, il dirige pour la Fox la petite Shirley Temple dans des réussites frivoles comme Little Miss Broadway, sans oublier de se faire la main dans de délicieuses comédies musicales avec Betty Grable ou Alice Faye. La rumeur voudrait que son meilleur film soit un western, la Reine des rebelles, dans lequel la belle Gene Tierney incarne en 1941 la célèbre Belle Starr aux côtés de Randolph Scott.

Mon amie Sally (My Gal Sal) est en 1942 la biographie vieillotte d'un compositeur de la fin du siècle dernier, Paul Dresser. Le pré-générique, dans lequel on voit des barbiers qui chantent des airs célèbres de Dresser, donne le ton costumé et étriqué de cette comédie sentimentale dans laquelle la musique vient ponctuer les moments clés de la vie d'un auteur de chansons quelque peu oublié.

Bien située dans les années 1890, cette suite de chromos qui donne à chaque plan des allures d'enluminures, remonte aux jeunes années de Paul Dresser à qui son père a tracé une carrière de pasteur. Le jeune homme, joué par un Victor Mature engoncé dans des vêtements trop petits, s'enfuit de son village dans l'Indiana et rejoint un escroc qui vend à la foule crédule une potion miracle. C'est le colonel Truckee, entouré de véritables indiens qui garantissent la valeur de sa boisson qui guérit tout. Il croise sur son chemin Sally Elliott, une vedette de revues musicales, jouée avec une belle exhubérance par la délicieuse Rita Hayworth (qui attendra encore quelques années avant que Gilda ne fasse d'elle une star). Ce sont les amours à rebondissements de Victor Mature et de Rita Hayworth qui font le véritable scénario du film. Elle commence par lui voler une chanson avant de devenir la femme de sa vie.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog