quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Paris Première. 22h25. Les garçons.

Par Louis SKORECKI — 16 janvier 1996 à 23:51

Paris Première. 22h25. Les garçons.

C'est Pier Paolo Pasolini qui écrit le scénario et les dialogues de ce film pour Mauro Bolognini. On assiste ainsi, en 1959, avec les Garçons (La Notte Brava), à l'alliance tout à fait curieuse de l'esthétisme fringant de Bolognini avec l'univers des jeunes gouapes cher à Pasolini. D'un côté, une attention soutenue aux cadres, aux regards, à l'allure, de l'autre, une tendresse délicate pour l'univers particulier de l'adolescence éperdue.

Le résultat est un beau film qui se regarde comme un roman photo de la zone. Une jeune prostituée jouée par Elsa Martinelli arpente les trottoirs de la ville. Elle essaye d'arrêter une voiture. Ses occupants se moquent d'elle. Une seconde prostituée, jouée par Antonella Lualdi, arrive et elles commencent à s'insulter et se cracher dessus. C'est alors que deux jeunes garçons les séparent et les emmènent dans leur minuscule voiture. Ce sont Ruggeretto (Laurent Terzieff) et Scintillone (Jean-Claude Brialy), deux voyous qui cherchent là une occasion de s'amuser.

Ils cherchent aussi un receleur à qui vendre quelques fusils volés. Celui qu'ils connaissent, un type louche qu'on appelle «le flasque», est en train d'enterrer quelqu'un de sa famille et il ne peut les recevoir que le lendemain. Que faire en attendant? Le jeune Gino (Franco Interlenghi) leur dit qu'il connaît quelqu'un et voilà nos cinq compères repartis.

Ils trouvent d'abord un premier receleur fauché. Puis ils partent pour Fiumicino, où un sourd-muet leur achète les armes. Nicoletta, qui avait fait la traduction, repart avec eux. Ils sont maintenant six entassés dans la petite voiture. Ils s'arrêtent dans la campagne, flirtent ensemble. Puis les trois garçons filent en voiture sans s'apercevoir que les filles leur ont volé l'argent.

Dorénavant, le film va se partager entre la recherche des trois filles et la rencontre de trois garçons aisés avec lesquels nos trois héros vont faire un bout de chemin. De l'argent volé permet à Scintillone puis à Ruggeretto de draguer Rossana (Rosana Schiaffino), avec laquelle ils claquent l'un après l'autre tout leur argent. Arrivé à son dernier billet, Ruggeretto le froisse et le jette dans un fossé, comme un symbole de l'inutilité.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog